Iran : Le chef des Gardiens de la révolution promet une riposte à « tout acte » des Etats-Unis

TENSIONS L’Iran a fait part à l’Agence internationale de l’énergie atomique de sa volonté de produire de l’uranium enrichi à 20 %

G. N. avec AFP

— 

Sur cette photo fournie par les autorités iraniennes, le général Hossein Salami (à droite) répond à des questions de journalistes lors de sa visite de l'île d'Abu Musa, samedi 2 janvier.
Sur cette photo fournie par les autorités iraniennes, le général Hossein Salami (à droite) répond à des questions de journalistes lors de sa visite de l'île d'Abu Musa, samedi 2 janvier. — AFP

L’Iran ripostera à « toute action de l’ennemi », a averti samedi le chef des Gardiens de la révolution, l’armée idéologique d’Iran, en référence aux tensions croissantes avec les Etats-Unis, lors d’une inspection des troupes stationnées sur une île clé dans le Golfe. « Nous sommes ici aujourd’hui pour nous assurer de notre puissance navale contre les ennemis qui fanfaronnent et nous menacent », a déclaré le général de division Hossein Salami sur l’île d’Abou Moussa, selon Sepahnews, le site Internet officiel des Gardiens de la révolution. « Nous répondrons avec la même force […] à toute action de l’ennemi contre nous », a-t-il lancé.

Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran ont augmenté à l’approche de l’anniversaire de l’assassinat du puissant général iranien Qassem Soleimani, chef des opérations extérieures des Gardiens, tué par une frappe américaine à Bagdad le 3 janvier 2020. L’Iran avait alors riposté en tirant des missiles sur des bases irakiennes abritant des soldats américains.

« Un prétexte » pour lancer « une guerre »

Fin novembre, le porte-avions américain USS Nimitz a été déployé dans le Golfe, et deux bombardiers américains B-52 ont survolé la région le 10 décembre dans une démonstration de force. Selon le New York Times, le ministre américain de la Défense Christopher Miller a depuis ordonné le retour du Nimitz. Un signal de « désescalade » envoyé à Téhéran pour éviter un conflit écrit le quotidien américain, citant un responsable.

Jeudi, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a accusé le président américain sortant Donald Trump de chercher à fabriquer « un prétexte » pour lancer « une guerre » avant son départ le 20 janvier de la Maison Blanche, après un mandat durant lequel il a mené une campagne de « pression maximale » contre Téhéran.

Par ailleurs, l’Iran a fait part à l’Agence internationale de l’énergie atomique de sa volonté de produire de l’uranium enrichi à 20 %, bien au-delà du seuil fixé par l’accord de Vienne de 2015, a-t-on appris vendredi auprès de l’agence onusienne. « L’Iran a informé l’Agence de son intention d’enrichir de l’uranium à un taux pouvant aller jusqu’à 20 % dans l’usine souterraine de Fordo, afin de se conformer à une loi récemment adoptée par le Parlement iranien », a indiqué un porte-parole à l’AFP. La lettre, datée du 31 décembre, « n’a pas précisé quand cette activité d’enrichissement serait mise en œuvre ».