Chine : Entre sept mois et trois ans de prison pour des militants hongkongais arrêtés en mer

JUSTICE Douze hommes avaient été arrêtés par les gardes-côtes chinois en août dernier à 70 km de Hong Kong, avant d’être remis aux autorités

20 Minutes avec agences
— 
Une manifestation à Hong Kong le 15 octobre 2019.
Une manifestation à Hong Kong le 15 octobre 2019. — Mark Schiefelbein/AP/SIPA

Dix militants prodémocratie hongkongais, qui avaient tenté de fuir Hong Kong en bateau vers Taïwan, ont été condamnés ce mercredi à des peines de sept mois à trois ans de prison, a indiqué un tribunal de Chine continentale. Six mois après l’adoption d’une loi draconienne sur la sécurité nationale à Hong Kong, leur procès était l’illustration de la reprise en main par Pékin de l’ex-colonie britannique, devenue territoire semi-autonome chinois en 1997.

Douze hommes, dont le plus jeune était âgé de 16 ans, avaient été arrêtés en mer par les gardes-côtes chinois à 70 km de Hong Kong le 23 août, avant d’être remis à la police de Shenzhen (sud) et détenus. L’Union européenne comme les Etats-Unis exigeaient leur libération immédiate. Les fuyards tentaient de se rendre à Taïwan, île rivale de la Chine continentale.

Ils risquaient sept ans de détention

Deux des hommes ont écopé de trois et deux ans de prison en raison de leur rôle « organisateur dans ce passage illégal de frontière », a annoncé le tribunal de Shenzhen, où ils étaient jugés cette semaine. Ils risquaient jusqu’à sept ans de détention. Huit autres hommes, simples passagers, ont été condamnés à sept mois de prison pour « passage illégal de frontière ».

La peine maximale prévue était d’un an. Les dix hommes « ont reconnu leur culpabilité » au cours de leur procès, a assuré le tribunal. Deux mineurs qui étaient à bord du bateau doivent être remis ce mercredi aux autorités de Hong Kong, a annoncé la police de l’ex-colonie britannique. Aucune charge n’a été retenue contre eux, a indiqué mercredi le Parquet du district de Yantian à Shenzhen.