Coronavirus : Joe Biden dénonce les retards de Donald Trump dans la distribution des vaccins

CRITIQUES Quelque 2,1 millions de personnes ont reçu une première injection, contre 20 millions promis par l’administration Trump

20 Minutes avec AFP

— 

Joe Biden lors de son allocution sur le Covid-19, à Wilmington le 29 décembre 2020.
Joe Biden lors de son allocution sur le Covid-19, à Wilmington le 29 décembre 2020. — Andrew Harnik/AP/SIPA

La manière dont Donald Trump gère la crise sanitaire ne plaît pas du tout à Joe Biden. Le président américain élu a ainsi déploré mardi les retards dans la distribution des vaccins contre le Covid-19, soulignant que les semaines à venir seraient « très difficiles » sur le plan sanitaire. « Peut-être les plus difficiles de toute la pandémie », a-t-il martelé lors d’une allocution depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware.

Quelque 2,1 millions de personnes ont reçu une première injection de l’un des deux vaccins autorisés (Pfizer/BioNTech et Moderna), selon les dernières données des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Ce nombre est loin de l’objectif affiché de l’administration Trump, qui avait promis 20 millions de personnes vaccinées d’ici à la fin de l’année.

Dans un tweet envoyé dans la soirée, Donald Trump a quant à lui estimé qu’il ne pouvait être tenu pour responsable des retards et que la balle était désormais dans le camp des Etats. « Nous avons non seulement développé les vaccins (…) mais nous les avons envoyés dans les Etats », a-t-il souligné.

Le pire pour « début janvier » ?

Au-delà de cette polémique sur les vaccins, ce qui inquiète le plus Joe Biden est le comportement de la population. Malgré les appels des autorités à rester chez soi, des millions d’Américains ont en effet voyagé pour fêter Noël en famille. Plus de 245.000 nouvelles infections ont ainsi été recensées dans le pays mardi, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Et le nombre de personnes hospitalisées à cause du Covid-19 ne cesse de battre des records. « Le pire pourrait arriver début janvier », a d’ores et déjà averti un responsable sanitaire de la Californie, Mark Ghaly.