Russie : Les recherches continuent après le naufrage d’un bateau de pêche dans l’Arctique, l’espoir s’amenuise

SAUVETAGE Le navire, couvert de glace, a coulé lundi alors que l’équipage remontait un filet avec une prise

20 Minutes avec AFP

— 

La superficie de la banquise arctique n'a jamais été aussi faible pour un mois d'octobre.
La superficie de la banquise arctique n'a jamais été aussi faible pour un mois d'octobre. — Pixabay / astra8953

Au lendemain du naufrage d’un bateau de pêche dans l’Arctique russe, les opérations de recherche se poursuivaient, ce mardi, dans les airs et la mer pour retrouver les dix-sept pêcheurs russes portés disparus, malgré de faibles chances de les localiser.

« Nous continuons officiellement l’opération de recherche », a affirmé le porte-parole de l’agence de transport maritime et fluviale russe Rosmorrechflot, Alexeï Kravtchenko.

« Quasiment aucune chance » de retrouver les corps

Il a précisé que deux navires étaient mobilisés dans la zone, ainsi qu’un avion de recherche AN-74. Un représentant des services de secours, interrogé par l’agence de presse TASS, a affirmé sous couvert d’anonymat qu’il n’y avait « quasiment aucune chance » de retrouver les corps des disparus.

« Des navires de pêche ont fait des recherches sur environ 500 kilomètres carrés. Cela n’a donné aucun résultat », a ajouté cette source. Une autre source, toujours citée par TASS, a relevé que les dix-sept marins étaient certainement morts car ils n’auraient pas pu tenir plus de 30 minutes dans l’eau glacée.

Deux pêcheurs sauvés

Un représentant des secours, cité par l’agence Ria Novosti sous couvert de l’anonymat lui aussi, a indiqué que l’épave se trouvait à 130 mètres de profondeur et qu’un appareil de recherche sous-marin devait arriver prochainement sur place pour la localiser. Le navire Onega, basé à Mourmansk, grand port de l’Arctique russe, avait lancé des signaux de détresse au petit matin lundi avant de couler au large de l’archipel de la Nouvelle-Zemble, dans la mer de Barents, où il pêchait en pleine tempête.

Deux marins, sur un équipage de 19 personnes, avaient pu être sauvés dans les minutes ayant suivi le naufrage, au milieu de vents violents et de températures inférieures à – 20 °C. Le navire, couvert de glace, a coulé alors que l’équipage remontait un filet avec une prise. Il s’est alors retourné, selon les autorités. Une journée de deuil a été décrétée mardi dans la région de Mourmansk.