La Croatie touchée par un séisme de magnitude 6,4 qui a fait au moins 7 morts

CATASTROPHE NATURELLE Le tremblement de terre a causé l’effondrement d’immeubles dans la ville de Petrinja et une centrale nucléaire slovène a été mise à l’arrêt « par précaution »

20 Minutes avec AFP

— 

La ville de Sisak, en Croatie, après un séisme, le 29 décembre 2020.
La ville de Sisak, en Croatie, après un séisme, le 29 décembre 2020. — HM CROPIX/SIPA

La terre a tremblé en Croatie. Au moins sept personnes ont péri mardi dans un puissant séisme qui a secoué le centre du pays, semant la panique, rasant des maisons et plongeant une ville dans le noir. Ce séisme de magnitude 6,4 a provoqué l’effondrement d’immeubles dans la ville de Petrinja (centre), a annoncé l’Institut de géophysique américain (USGS). Les sauveteurs continuaient mardi soir à chercher des survivants.

L’épicentre de la secousse, qui a eu lieu vers 11h30 GMT, était localisé à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Zagreb, où des habitants paniqués se sont précipités dans les rues et des tuiles d’habitations sont tombées à terre, a constaté l’AFP.

« C’est la panique générale »

« Nous retirons actuellement des gens des décombres, nous ignorons encore s’il y a des morts ou des blessés », a déclaré à une chaîne télévision locale le maire de Petrinja, Darinko Dumbovic. « C’est la panique générale, tout le monde cherche à connaître le sort de ses proches », a-t-il ajouté.

Les secours sont intervenus très rapidement dans la ville, où l’armée a été également déployée. Secouristes et militaires recherchaient les éventuelles victimes coincées sous les décombres. L’électricité était coupée dans le centre-ville. 

Une vingtaine de personnes ont été hospitalisées, dont deux dans un état critique, rapporte la chaîne régionale N1. L'hôpital de la ville était également privé d'électricité. N1 a diffusé des images montrant des patients en train de s'éclairer avec leur téléphone portable.

Une centrale slovène arrêtée « par précaution »

Des images de Petrinja, qui compte près de 20.000 habitants, montraient des toits effondrés et des rues jonchées de briques et autres débris. « J’ai peur, je n’arrive à joindre personne à la maison, les téléphones ne marchent plus », confiait à un média croate une habitante de cette ville, visiblement très inquiète.

Le séisme a été ressenti en Slovénie voisine, notamment dans la capitale Ljubljana, ainsi que dans d’autres pays de la région, en Hongrie et Autriche, ont signalé des témoins et les médias. La centrale nucléaire slovène de Krsko a été mise à l’arrêt « par précaution ».

« Nous sommes prêts à aider », a réagi sur Twitter la patronne de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. « Nos pensées vont aux blessés et aux secouristes », a également commenté Charles Michel, le président du Conseil européen.

Une zone de forte activité sismique

Lundi, c’est-à-dire la veille, un séisme d’une plus faible magnitude avait touché la même région, ne causant que des dégâts matériels mineurs. En mars, la capitale Zagreb avait été frappée par un tremblement de terre de magnitude 5,3, qui avait provoqué d’importants dégâts matériels.

Les Balkans sont une zone de forte activité sismique et les tremblements de terre y sont fréquents.