Coronavirus : Une nouvelle méthode de comptage entraîne un bond du nombre de décès en Russie

REEVALUATION Jusqu’à présent le gouvernement ne comptait que les décès du Covid-19 confirmés par autopsie

20 Minutes avec AFP

— 

Sur la Place rouge à Moscou, le 20 décembre 2020.
Sur la Place rouge à Moscou, le 20 décembre 2020. — SOPA Images/SIPA

Avant d’affirmer mi-décembre que la Russie avait « mieux » géré la pandémie qu’en Occident, Vladimir Poutine aurait peut être du tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Le gouvernement russe a en effet admis lundi quelque 186.000 décès dus au Covid-19 cette année, un bilan plus de trois fois supérieur au décompte officiel et qui fait de la Russie l’un des pays les plus endeuillés au monde.

Ces nouveaux chiffres se basent sur une définition plus large des victimes contaminées par le virus, en vertu d’une nouvelle comptabilité plus proche des normes internationales. Ils s’opposent à ceux publiés quotidiennement par le gouvernement, qui ne compte que les décès du Covid-19 confirmés par autopsie.

Lundi, l’office des statistiques Rosstat a donc fait état d’un excès de mortalité entre janvier et novembre de 229.700 personnes, en hausse de 13,8 % par rapport à la même période de 2019. Et « plus de 81 % de cette hausse de la mortalité sur cette période est due au Covid et aux conséquences de la maladie due au coronavirus », soit un peu plus de 186.000 décès, a indiqué la vice-Première ministre en charge de la santé, Tatiana Golikova.

Un bilan trois fois supérieur aux annonces

Ce bilan est plus de trois fois supérieur aux 55.265 morts officiels comptabilisés depuis le début de la pandémie par le gouvernement. Surtout, selon Rosstat, rien qu’en novembre, 25.788 personnes sont mortes à la suite d’une contamination au virus. L’agence classe ces morts selon trois catégories : les décès confirmés causés par le Covid-19 ; ceux dont le virus est suspecté comme cause principale du décès ; et ceux où le Covid-19 a accentué d’autres pathologies, causant la mort.

Les chiffres de Rosstat placent désormais la Russie au 3e rang mondial en termes de décès, derrière les Etats-Unis (plus de 330.000 morts) et le Brésil (plus de 190.000). En octobre, selon Rosstat, la Russie avait déjà enregistré 50.000 décès supplémentaires par rapport à 2019, dont 22.761 décès liés au coronavirus.

Des records chaque semaine avec l’hiver

En termes de contaminations, la Russie reste au 4e rang mondial, avec 3.078.035 cas de Covid-19 recensés, selon le gouvernement russe. Depuis le début de l’hiver, le pays bat d’ailleurs chaque semaine des records de nouvelles infections quotidiennes. La ville la plus touchée reste la capitale, Moscou, et sa région, ainsi que la deuxième ville du pays, Saint-Pétersbourg. Mais la situation est également inquiétante dans les régions les plus pauvres et souvent sous-équipées.

Le Kremlin a néanmoins rejeté l’idée de tout nouveau confinement national, après celui du printemps, afin de préserver l’économie, se jugeant bien préparées et tablant sur l’efficacité de son vaccin, le Spoutnik-V, qui a été déployé début décembre. Cela étant, la plupart des régions ont imposé le port du masque de protection et limité l’accès à certains lieux de loisir.