Coronavirus : Le Japon ferme ses frontières aux étrangers non résidents

VIRUS La mesure prend effet lundi et durera jusqu’à fin janvier

B.Ch. avec AFP

— 

L'aéroport international Haneda de Tokyo (Japon) le 13 décembre 2020
L'aéroport international Haneda de Tokyo (Japon) le 13 décembre 2020 — Masatoshi Okauchi/Shutterstock/SIPA

Le Japon  mettra un terme à toutes nouvelles arrivées d’étrangers non résidents sur son territoire à partir de lundi et jusqu’à fin janvier, ont annoncé samedi les autorités alors que le pays a signalé ses premiers cas de contaminations par la nouvelle souche du coronavirus.

Le Japon restreint actuellement l’entrée des étrangers provenant de la plupart des pays par crainte du virus, exigeant que tous les visiteurs se soumettent à une quarantaine à leur arrivée. Tokyo prévoit désormais de renforcer ces exigences : les voyageurs japonais et les résidents étrangers en provenance de pays où la nouvelle souche du virus a été signalée devront subir des tests dans les 72 heures précédant leur départ et à nouveau à leur arrivée dans les aéroports japonais.

Le pays renforcera également les exigences de quarantaine pour tous les voyageurs rentrant au Japon.

Crainte de la variante du virus

Citant le gouvernement, les agences Jiji Press et Kyodo ont déclaré que cette mesure faisait partie des efforts visant à empêcher la propagation d’une nouvelle variante du coronavirus, qui serait jusqu’à 70 % plus infectieuse.

Les visiteurs étrangers munis d’un visa seront autorisés à entrer, a déclaré Kyodo, à l’exception de ceux qui ont visité le Royaume-Uni ou l’Afrique du Sud – deux des pays où la souche a été détectée – dans les deux semaines suivant leur demande de permis d’entrée.

Le ministère japonais de la Santé a annoncé vendredi que cinq personnes, toutes originaires de Grande-Bretagne, avaient été infectées par la nouvelle souche.

Samedi, Tokyo a signalé un nombre record de 949 nouvelles contaminations en 24 heures, tandis que le pays a récemment franchi la barre des 3.000 cas quotidiens.