Coronavirus : Réunion d’urgence ce lundi du gouvernement britannique sur les approvisionnements

CRISE Le port de Douvres a annoncé dimanche fermer pour le trafic sortant « jusqu’à nouvel ordre »

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, à Londres le 20 décembre 2020.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson, à Londres le 20 décembre 2020. — KGC-254/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

L’exécutif britannique veut agir vite pour ne pas se retrouver dans une situation de pénurie. Le Premier ministre Boris Johnson va présider ce lundi une réunion de crise consacrée aux approvisionnements du Royaume-Uni. Plusieurs pays, dont la France, viennent en effet de suspendre leurs liaisons en raison de la nouvelle souche de coronavirus considérée par Londres comme « hors de contrôle ».

La nouvelle variante du SARS-CoV-2 a poussé le gouvernement britannique à reconfiner en urgence, dimanche les 16 millions, d’habitants de Londres et du sud-est de l’Angleterre, contraints de faire une croix sur leurs retrouvailles de Noël.

Une fermeture à trois jours de Noël

Nombre d’entre eux se préparaient à traverser leur pays pour se retrouver en famille pour les fêtes, après des mois à réduire leurs contacts. Et la décision des pays voisins comme la France de couper pour 48 heures les liaisons avec la Grande-Bretagne bouscule les chaînes d’approvisionnement en pleins derniers préparatifs de Noël mais aussi au moment où les entreprises sont engagées dans une course contre la montre pour remplir leurs stocks avant la sortie du marché unique européen le soir du 31 décembre.

Le port de Douvres (sud-est), principal port transmanche anglais, a annoncé dimanche fermer pour le trafic sortant « jusqu’à nouvel ordre ». Selon l’association des transports routiers britanniques, quelque 10.000 poids lourds y transitent chaque jour. « Nous nous attendons à des perturbations importantes dans la zone », a tweeté le ministre des Transports, Grant Shapps, indiquant être en contact étroit avec son homologue français Jean-Baptiste Djebbari. Les Français « nous ont dit qu’ils veulent que le trafic des camions reprenne aussi vite que possible », a-t-il expliqué.

Une fermeture prolongée serait « problématique »

Malgré les assurances du gouvernement, les marchés financiers ont accueilli avec inquiétude cette nouvelle fermeture des frontières, la livre sterling piquant du nez. Selon le British Retail Consortium (BRC), organisme fédérant des entreprises du commerce de détail, les « problèmes immédiats » d’approvisionnement devraient être évités, compte tenu des stocks faits par les commerçants à l’approche de Noël.

La constitution de ces réserves a d’ailleurs entraîné une hausse du trafic ces derniers jours, avec d’importants bouchons sur les routes à la clé. « En revanche, toute fermeture prolongée de la frontière française serait problématique » à l’approche de la fin de la période de transition post-Brexit qui s’achève au 31 décembre, souligne le BRC.