Coronavirus en Israël : Netanyahu, un des premiers vaccinés, lance la campagne

EPIDEMIE Au total, Israël a commandé plus de 14 millions de doses de vaccins des laboratoires Moderna et Pfizer

Laure Gamaury

— 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est fait vacciner, le 19 décembre 2020.
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est fait vacciner, le 19 décembre 2020. — AMIR COHEN / POOL / AFP

Un Premier ministre qui montre l’exemple. Benjamin Netanyahu s’est fait vacciner ce samedi soir contre le Covid-19​, lançant du même coup la campagne nationale de vaccination contre ce virus en Israël. A 71 ans, Netanyahu s’est fait administrer le vaccin développé par les sociétés BioNTech/Pfizer à l’hôpital Sheba, situé à Ramat Gan, près de Tel-Aviv, selon un journaliste de l’AFP sur place.

Le chef du gouvernement israélien a déclaré vouloir être le premier en Israël à se faire vacciner afin de « donner l’exemple » et « encourager » la population à se faire vacciner contre le Covid-19 dans ce pays de neuf millions d’habitants qui a recensé plus de 370.000 cas, dont 3.057 décès.

Au total, Israël a commandé plus de 14 millions de doses de vaccins des laboratoires Moderna et Pfizer, ce dernier ayant été approuvé par plus d’une quinzaine de pays, dont les Etats-Unis, le Canada et la Suisse.

Pas d’allégement des mesures sanitaires, au contraire

Benjamin Netanyahu a dit penser « aux enfants qui se soucient de leurs parents, et aux petits-enfants qui veulent faire un vrai câlin, pas un câlin sur Zoom, à leur grand-père et leur grand-mère », en référence à une plateforme de visioconférence prisée depuis le début de la pandémie.

Après Benjamin Netanyahu, les autorités doivent aussitôt commencer à vacciner les membres du corps médical qui, avec les personnes les plus vulnérables, sont les premières cibles de cette campagne de vaccination en Israël.

Le lancement de la campagne ne rime toutefois pas pour l’heure avec un allégement des mesures sanitaires. Samedi soir, le ministère de la Santé a annoncé la fin de sa politique des pays « verts », c’est-à-dire au retour desquels les voyageurs n’avaient pas à faire de quarantaine. Dès dimanche, toutes les personnes entrant en Israël devront ainsi se placer en isolement pour deux semaines y compris les Israéliens revenant des Emirats arabes unis, pays qui a normalisé récemment ses relations avec l’Etat hébreu, contribuant au lancement des premières liaisons aériennes directes entre Tel-Aviv et Dubaï.