Diplomatie : Les consulats américains bientôt fermés en Russie, selon CNN

TENSIONS Les Etats-Unis ont accusé vendredi la Russie d’être très probablement derrière la gigantesque cyberattaque qui les a frappés

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration des drapeaux américain et russe.
Illustration des drapeaux américain et russe. — Vyacheslav Prokofyev/TASS/Sipa U

Le président américain élu Joe Biden, en arrivant bientôt au pouvoir, aura une transition difficile avec Moscou. L’administration Trump prévoit en effet de fermer les deux consulats des Etats-Unis en Russie, affirme CNN, qui cite une lettre adressée par le département d’Etat au Congrès le 10 décembre. Ce même département d’Etat va fermer le consulat à Vladivostok, en Extrême Orient russe, et suspendre les activités de celui d’Ekaterinbourg.

Cette décision a été prise « en réponse aux problèmes permanents de personnel de la mission américaine en Russie à la suite du plafonnement imposé par la Russie en 2017 à la mission américaine et de l’impasse qui en résulte avec la Russie concernant les visas diplomatiques », a déclaré la chaîne d’information.

Moscou seule représentation ?

Dix diplomates américains affectés aux consulats seraient transférés à l’ambassade américaine à Moscou, tandis que 33 employés locaux devraient perdre leur emploi, toujours selon CNN. « Aucune action n’est prévue concernant les consulats russes aux Etats-Unis ». L’ambassade à Moscou resterait alors l’unique représentation diplomatique des Etats-Unis en Russie.

La Russie avait fermé le consulat des Etats-Unis à Saint-Pétersbourg en mars 2018, après des mesures identiques prises par Washington dans le cadre de l’affaire de l’ex-espion russe Sergueï Skripal, empoisonné au Royaume-Uni.

« Grande inquiétude » après une cyberattaque

Les Etats-Unis ont accusé vendredi la Russie d’être très probablement derrière la gigantesque cyberattaque qui les a frappés. Cette opération pourrait, selon des experts en sécurité, permettre aux attaquants d’accéder à des systèmes informatiques cruciaux et des réseaux électriques.

Le directeur exécutif de l’équipe de transition de Joe Biden, Yohannes Abraham, a affirmé que l’attaque était source de « grande inquiétude », et que sous l’administration Biden, les cyberattaques rencontreraient une réaction infligeant un « coût substantiel ». La Russie a nié être impliquée dans cette cyberattaque.