Tuerie dans une crèche: un psychiatre avait refusé d'interner le suspect

BELGIQUE Le jeune homme entendait des voix, après une grave dépression...

J.M. avec agence

— 

A l'église ou devant la crèche "Le Pays des Fables", les habitants de Termonde, dans l'ouest de la Belgique, rendaient dimanche hommage aux deux bébés et à la puéricultrice tués vendredi par un forcené.
A l'église ou devant la crèche "Le Pays des Fables", les habitants de Termonde, dans l'ouest de la Belgique, rendaient dimanche hommage aux deux bébés et à la puéricultrice tués vendredi par un forcené. — Dominique Faget AFP

Kim De Gelder «entendait des voix». C'était il y a deux ans, mais un psychiatre a jugé à l'époque qu'il était «non nécessaire» d'interner le jeune homme, aujourd'hui inculpé pour le triple assassinat de la crèche de Termonde en Belgique.

«Lorsqu'il avait 18 ans, ses parents voulaient le faire interner mais ce n'est pas arrivé parce que Kim De Gelder a suivi un traitement», raconte son avocat. Pour Jaak Haentjens, «il y a des preuves qu'il souffre de troubles psychiques, mais ça, le rapport psychiatrique devra le démontrer. Vers ses 15, 16 ans, il a eu une grave dépression et avait adopté un comportement étrange».

«Il ne se souvient plus des trois, quatre heures à Termonde»

L'avocat, commis d'office, s'exprimait ce mardi après que des magistrats ont confirmé le mandat d'arrêt délivré à l'encontre de Kim De Gelder par un juge d'instruction, prolongeant sa détention provisoire. La veille, il avait laissé entendre que Kim De Gelder avait implicitement reconnu devant lui les faits et qu'il affirmait «comprendre avoir fait quelque chose d'inhumain».

Des affirmations toutefois pondérées, ce mardi: «Il ne se souvient plus des trois, quatre heures à Termonde», a annoncé l'avocat. Kim De Gelder était présent lors de cette audience à huis clos au palais de justice de Termonde, mais il ne s'est pas exprimé. Le jeune homme est également soupçonné d'avoir tué une femme de 73 ans mi-janvier près d'Anvers.