Coronavirus au Royaume-Uni : Les pubs et restaurants ferment à nouveau à Londres dès ce mercredi

PINTE C’est la troisième fois depuis le début de la crise sanitaire que les bars doivent fermer dans la capitale anglaise

20 Minutes avec AFP

— 

Un pub fermé à Londres en novembre. (archives)
Un pub fermé à Londres en novembre. (archives) — NIKLAS HALLE'N / AFP

Pubs et restaurants de Londres sont contraints ce mercredi de fermer leurs portes pour la troisième fois depuis le début de la pandémie de nouveau coronavirus, la capitale britannique et certaines régions du sud de l’Angleterre​ basculant sous le plus haut niveau d’alerte et de restrictions. Selon les médias britanniques, 34 millions d’habitants en Angleterre sont désormais en zone d’alerte « très élevée », soit 61 % de la population anglaise.

Annoncé lundi par le ministre de la Santé Matt Hancock en raison d’une progression de l’épidémie « exponentielle » par endroits, ce durcissement implique la fermeture des hôtels, pubs et restaurants sauf pour la livraison et la vente à emporter, ainsi que les lieux culturels comme les cinémas, théâtres et musées. Les salariés qui le peuvent doivent travailler à domicile et la population doit éviter les trajets non essentiels. Les interactions sociales sont limitées, avec l’interdiction de se mélanger avec des personnes faisant partie d’un autre foyer excepté dans certains endroits ouverts comme les parcs.

Les écoles restent ouvertes

Etablissements scolaires, magasins, salons de beauté et de coiffure peuvent rester ouverts, ainsi que les salles de sport mais sans cours collectifs. Cette nouvelle fermeture, la troisième dans la capitale britannique après les deux confinements, représente un « désastre » pour les théâtres, a déploré Theatre Trust, qui représente le secteur. Selon Emma McClarkin, directrice générale de la British Beer & Pub Association, il s’agit d’un « nouveau clou » sur le cercueil des pubs de Londres et des autres régions touchées, qui ont pris des réservations pour les fêtes.

Mardi, deux revues médicales de premier plan ont exhorté le gouvernement à revenir sur le relâchement des restrictions anti-Covid durant la période de Noël, avertissant qu’il pourrait coûter de « nombreuses » vies. Les autorités britanniques ont décidé d’autoriser trois foyers différents à se rencontrer à l’intérieur pendant cinq jours, du 23 au 27 décembre, levant provisoirement les restrictions qui s’appliquent dans la majeure partie du pays.

Les levées de restrictions pour Noël en question

Dans un éditorial conjoint, le British Medical Journal (BMF) et le Health Service Journal (HSJ) mettent en garde contre un risque de congestion du service public de santé (NHS), alors que les infections et les hospitalisations repartent à la hausse dans certaines régions. Le ministre d’Etat Michael Gove s’est entretenu à ce sujet mardi en fin de journée avec les chefs des gouvernements locaux écossais, gallois et nord-irlandais, mais aucune décision n’a été annoncée à ce stade.

L’un des plus endeuillés en Europe avec près de 65.000 morts, le Royaume-Uni est le premier pays occidental à avoir commencé une campagne de vaccination, après avoir été le premier dans le monde à approuver le vaccin Pfizer-BioNTech.