Brexit : Bruxelles et Londres s’entendent pour faciliter le commerce vers l’Irlande du Nord

NEGOCIATIONS « Jusqu’à 98 % des biens » circulant entre les deux territoires seraient exemptés de droits de douane

20 Minutes avec AFP
— 
Un drapeau du Royaume-Uni sur le port de Newcastle (image d'illustration).
Un drapeau du Royaume-Uni sur le port de Newcastle (image d'illustration). — SCOTT HEPPELL / AFP

En cas d’absence d’accord commercial entre Londres et Bruxelles le 1er janvier, le Royaume-Uni et l’UE se sont accordés sur des dispositions permettant de faciliter la circulation des biens entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord, a indiqué la chaîne irlandaise RTE, ce mercredi.

Selon le média, « jusqu’à 98 % des biens » circulant entre les deux territoires seraient exemptés de droits de douane grâce à cet arrangement, qui serait revu après trois ans et demi. « Les 2 % restants bénéficieraient potentiellement de rabais tarifaires. »

Fin du marché unique au 31 décembre

Des droits douaniers ne s’appliqueraient surtout qu’en cas d’échec des négociations commerciales, actuellement dans l’impasse, entre le Royaume-Uni et l’UE, a précisé la radio-télévision publique. Devant les députés, le ministre britannique Michael Gove a confirmé l’existence d’un tel arrangement, sans toutefois en dévoiler les détails.

Depuis son départ officiel de l’UE le 31 janvier, le Royaume-Uni continue d’appliquer les règles européennes. Ce n’est qu’à la fin de la période de transition, le 31 décembre, qu’interviendra sa sortie du marché unique et de l’union douanière. Faute d’accord de libre-échange d’ici là, les échanges entre Londres et l’UE se feront dès le 1er janvier selon les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de droits de douane ou de quotas.

Eviter le retour d’une frontière physique entre l’Irlande et l’Irlande du Nord

Parallèlement aux négociations commerciales, que le Premier ministre Boris Johnson et la présidente de l’exécutif européen Ursula von der Leyen vont tenter de débloquer mercredi à Bruxelles, Londres et Bruxelles ont trouvé mardi un terrain d’entente sur l’application du protocole nord-irlandais, signé dans le cadre de l’accord de divorce encadrant la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Ce protocole vise à éviter le retour d’une frontière physique entre l’Irlande, membre de l’UE, et la province britannique d’Irlande du Nord à la fin de la période transitoire, afin de préserver la paix sur l’île.

Il prévoit que l’Irlande du Nord fasse partie du territoire douanier du Royaume-Uni mais que les marchandises y transitant avant d’entrer dans l’UE soient soumises aux droits de douane de l’UE. Selon Michael Gove, l’UE souhaitait que tous les biens arrivant en Irlande du Nord soient considérés comme « à risque » et soumis aux droits douaniers de l’UE, l’Irlande du Nord partageant la seule frontière physique du Royaume-Uni avec le bloc des 27. Mais en vertu de l’accord conclu cette semaine, les entreprises nord-irlandaises « seront exemptes de tous droits », s’est-il félicité.