Coronavirus : Barack Obama, George Bush et Bill Clinton prêts à se faire vacciner publiquement

LEADERSHIP Les trois anciens présidents espèrent encourager leurs concitoyens à faire de même

20 Minutes avec AFP

— 

Les anciens président américains Barack Obama, George Bush et Bill Clinton en 2017.
Les anciens président américains Barack Obama, George Bush et Bill Clinton en 2017. — Sipa

Ils veulent donner l’exemple. Les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton se sont dits prêts à se faire vacciner publiquement contre le Covid-19 afin d’encourager leurs concitoyens à en faire de même.

Barack Obama, 59 ans, a affirmé faire « entièrement confiance » aux autorités sanitaires du pays, dont l’immunologue Anthony Fauci, figure scientifique très respectée aux Etats-Unis. « Si Anthony Fauci me dit que ce vaccin est sûr et peut protéger du Covid, je n’hésiterai pas à me le faire injecter », a-t-il déclaré dans un entretien radio à SiriusXM, dont des extraits ont été partagés mercredi sur YouTube. « Je promets que lorsqu’il sera disponible pour les personnes moins vulnérables, je me ferai vacciner. Je pourrais le faire à la télévision ou faire en sorte que ce soit filmé, afin que les gens puissent voir que je fais confiance à la science », a-t-il ajouté.

Un représentant de George W. Bush a fait savoir plus tard à CNN que l’ancien président républicain de 74 ans était lui aussi disposé à faire la promotion des vaccins contre le Covid-19. « Les vaccins doivent dans un premier temps avoir été jugés sûrs et administrés aux populations prioritaires », a dit ce représentant, Freddy Ford. « Le président Bush attendra ensuite son tour et se fera volontiers vacciner devant les caméras ».

Jusqu’à 100 millions d’Américains vaccinés d’ici fin février

Le porte-parole de Bill Clinton, Angel Urena, a également indiqué à CNN que l’ancien président démocrate, lui aussi âgé de 74 ans, se ferait vacciner publiquement « si cela pouvait inciter tous les Américains à en faire de même ». Une tribune dans le Washington Post appelait jeudi le président élu Joe Biden, 78 ans, et sa future vice-présidente Kamala Harris, 56 ans, à se faire vacciner en direct à la télévision afin de convaincre les sceptiques, nombreux aux Etats-Unis face à la vitesse de développement des vaccins contre le Covid-19.

Mercredi, le responsable de la vaccination de l’opération WarpSpeed, le docteur Moncef Slaoui, a estimé que si tout va bien du côté de la logistique, il devrait y avoir assez de doses des vaccins de Pfizer et Moderna pour immuniser 20 millions d’Américains en décembre, 30 millions en janvier et 50 millions en février. Soit 100 millions de personnes, ou environ un petit tiers de la population américaine, ce qui devrait permettre de couvrir toutes les personnes à risques, ceux en première ligne et les travailleurs essentiels. Selon lui, l’immunité collective pourrait être atteinte aux Etats-Unis d’ici fin mai ou début juin avec 70 % de la population vaccinée.