Coronavirus : Un eurodéputé du parti d’Orban, présent à une fête clandestine, démissionne

SCANDALE Jozsef Szajer a admis sa participation à une soirée clandestine à Bruxelles, mais réfute les accusations de consommation de drogues

20 Minutes avec AFP

— 

L’eurodéputé Jozsef Szajer, à Strasbourg en 2016 (illustration).
L’eurodéputé Jozsef Szajer, à Strasbourg en 2016 (illustration). — Jean-Francois Badias/AP/SIPA

On sait maintenant pourquoi un eurodéputé hongrois du parti de Viktor Orban a choisi de ne plus siéger au Parlement européen. Jozsef Szajer, 59 ans, a admis ce mardi que sa démission était liée à sa participation à une soirée clandestine à Bruxelles, décrite par des médias comme une « partouze », malgré les restrictions anti-Covid en vigueur.

Il se voit également reprocher une infraction à la législation sur les stupéfiants. Lui-même a cependant assuré dans un communiqué n’avoir « pas consommé de drogue », alors qu'« une pilule d’ecstasy » a été retrouvée par la police.

Retrait de la vie politique

Cet élu du Fidesz, parti hongrois associé au groupe parlementaire (PPE, droite) avait annoncé dimanche son départ du Parlement européen et son retrait de la vie politique, en assurant dans un premier temps que cela « n’a (vait) rien à voir » avec les débats politiques en cours sur l’Etat de droit dans son pays. Mardi, alors que le quotidien flamand Het Laatste Nieuws évoquait sa présence dans cette soirée ayant donné lieu vendredi soir à une vingtaine d’interpellations, il a donné lui-même des précisions.

« Je regrette profondément cette violation des restrictions anti-Covid, c’était irresponsable de ma part. Je suis prêt à payer l’amende prévue dans ce cas » soit 250 euros, a-t-il expliqué dans un texte transmis par le PPE. « Je présente mes excuses à ma famille, à mes collègues et à mes électeurs », a-t-il ajouté, parlant d'« un faux pas strictement personnel », sans donner d’autres précisions.

A proximité du commissariat central

Le quotidien La Dernière heure a qualifié la soirée de « lockdown partouze »… Dans un pays où des « lockdown parties » (soirées ignorant le couvre-feu) sont fréquemment interrompues par l’intervention de la police depuis le début il y a un mois du deuxième confinement lié à la pandémie. Cette fois ce sont « vingt-cinq hommes dénudés » qui ont été découverts « à l’étage d’un bar » situé en centre-ville, non loin du commissariat central de Bruxelles, a affirmé le journal. L’un d’eux, élu du Parlement européen, a tenté de fuir par une gouttière à l’arrivée de la police et a été interpellé par une patrouille venue en renfort. « Les mains de l’homme étaient ensanglantées, il est possible qu’il se soit blessé lors de sa fuite », a relevé de son côté le parquet de Bruxelles identifiant le fautif avec ses initiales, « S.J », né en « 1961 ».

Dans son communiqué, Jozsef Szajer a confirmé avoir fait état de sa fonction d’eurodéputé lors de son interpellation et a expliqué avoir ensuite été reconduit à son domicile par la police. Selon le parquet, une vingtaine de personnes au total ont été verbalisées. Outre l’eurodéputé, il y avait aussi deux diplomates dans le groupe d’hommes.