Présidentielle américaine : Donald Trump appelle ses partisans à « inverser » le résultat de l’élection

SCRUTIN « Ça a été un scrutin frauduleux », répète le président républicain sortant

20 Minutes avec AFP

— 

Présidentielle américaine : Donald Trump appelle ses partisans à « inverser » le résultat de l’élection (Archives)
Présidentielle américaine : Donald Trump appelle ses partisans à « inverser » le résultat de l’élection (Archives) — AFP

On pensait qu’il avait reconnu, indirectement, la victoire de Joe Biden. Eh bien, ce mercredi, Donald Trump a appelé ses partisans à « inverser » le résultat de l' élection présidentielle américaine, plus de deux semaines après l’annonce de la victoire du démocrate, dénonçant, sans preuve et malgré les revers en justice, un scrutin « frauduleux ».

Dans une curieuse scène, le milliardaire républicain s’est adressé à travers un haut-parleur de téléphone, tenu au micro de son avocat Rudy Giuliani, à des sénateurs républicains de l’Assemblée locale de la Pennsylvanie. « Nous devons inverser cette élection », a-t-il déclaré. Les démocrates « ont triché. Ça a été un scrutin frauduleux. »

Les résultats de cet Etat-clé ont été certifiés officiellement mardi en faveur de Joe Biden. Aucune fraude massive n’a été démontrée lors de la présidentielle du 3 novembre. Le démocrate a remporté plus de 80 millions de voix contre près de 74 millions pour Donald Trump, et 306 grands électeurs contre 232 pour Donald Trump.

Les Américains « n’accepteront pas » le non-respect des résultats, selon Biden

Le président élu des Etats-Unis, Joe Biden, a prévenu que les Américains n’accepteraient pas que les résultats de l’élection ne soient pas respectés.

« Je pense que cette sombre saison de divisions et de diabolisation va céder la place à une année de lumière et d’unité », a lancé le démocrate dans une allocution à l’occasion de la fête de Thanksgiving, depuis sa ville de Wilmington, dans le Delaware.

« En Amérique, nous avons des élections libres et justes, et nous en respectons les résultats. Les habitants et les lois de ce pays n’accepteront pas autre chose », a-t-il prévenu.