Barack Obama suspend les procédures en cours à Guantanamo

ETATS-UNIS A défaut de pouvoir la fermer rapidement, le président américain a réservé sa première décision au système judiciaire de la prison cubaine...

J.M. avec agence

— 

Le rapport relève que Donald Rumsfeld a autorisé des techniques d'interrogatoire dures à Guantanamo le 2 décembre 2002, tout en faisant des déclarations les excluant un mois plus tard.
Le rapport relève que Donald Rumsfeld a autorisé des techniques d'interrogatoire dures à Guantanamo le 2 décembre 2002, tout en faisant des déclarations les excluant un mois plus tard. — J. Scott Applewhite AFP/Archives

Barack Obama a pris sa première décision mardi en tant que président des Etats-Unis. Elle concerne Guanatnamo, avec le gel des procédures judiciaires en cours. Les procureurs des tribunaux d'exception de la prison cubaine demanderont dès ce mercredi aux juges militaires de suspendre celles-ci pendant 120 jours.

Deux cas sont concernés: celui des cinq hommes accusés d'avoir organisé le 11-Septembre, et celui d'Omar Khadr, un Canadien arrêté à 15 ans en Afghanistan pour le meurtre d'un militaire américain. La vidéo de l'interrogatoire de ce dernier, diffusée en juillet dernier, avait déclenché la polemique.

La fermeture de la prison de Guantanamo était une promesse forte de la campagne de Barack Obama. Le Président avait cependant estimé qu'il ne pourrait le faire dans les 100 jours qui suivent son investiture. Symboliquement, il a donc décidé de commencer par suspendre le système judiciaire mis en place en 2006 par l'administration Bush pour juger les détenus de Guantanamo poursuivis pour crimes de guerre.

Guantanamo en chiffres
Depuis plus de sept ans, des centaines de prisonniers de la «guerre contre le terrorisme» sont plongés dans un véritable trou noir à Guantanamo (Cuba).
Plus de 800 prisonniers sont passés par la base.
Environ 245 y sont encore détenus, la plupart à l'isolement dans des quartiers de haute sécurité.