Un journaliste hacker s’infiltre dans une visioconférence confidentielle de l'UE

PIRATAGE Le journaliste a découvert le code de connexion d’une ministre grâce à une photo postée sur Twitter

20 Minutes avec agences

— 

Union européenne
Union européenne — SINTESI/SIPA

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a demandé à son gouvernement de renforcer la sécurité digitale après qu’un journaliste s’est introduit dans une vidéoconférence confidentielle des ministres de la Défense de l’Union européenne. Celui-ci a utilisé les données de la ministre néerlandaise de la Défense, Ank Bijleveld, qui étaient visibles sur une image postée sur son compte Twitter.

Ank Bijleveld, qui est soumise à une quarantaine, travaille à son domicile. Des documents se trouvant sur son bureau étaient visibles sur cette image, selon la chaîne RTL Nieuws. Le journaliste a découvert cinq des six chiffres du code secret et peu après a réussi à accéder à la réunion.

« Je suis désolé, je m’en vais »

Les images montrent le journaliste souriant, en tee-shirt noir, agitant les mains en direction des ministres. « Vous savez que vous faites irruption dans une conférence secrète ? », s’offusque alors le Haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell. « Oui, oui, je suis désolé. Je suis un journaliste néerlandais », répond Daniel Verlaan alors qu’on entend en arrière-fond les rires des autres participants à la conférence.

« Je suis désolé d’avoir interrompu votre conférence, je m’en vais », ajoute-t-il. « C’est une infraction pénale, vous devriez couper (la connexion) avant que la police n’arrive », lui rétorque-t-on. Selon RTL, Daniel Verlaan a quitté rapidement la conférence, qui a été immédiatement annulée pour des raisons de sécurité.

La photo retirée de Twitter

Cet incident montre que « les ministres doivent une fois de plus réaliser à quel point » il faut être prudent sur Twitter, a déclaré Mark Rutte lors de sa conférence de presse hebdomadaire. L’image de la ministre a entre-temps été retirée, a déclaré à RTL un responsable du ministère de la Défense. « C’était une erreur stupide. Mais elle rappelle qu’il faut faire attention quand on envoie une image d’une réunion », a-t-il dit.

Une source diplomatique de l’UE a déclaré que « la non-sécurisation des communications a contraint à couper immédiatement les travaux ». L’UE constate « qu’il est impératif de renforcer la sécurité des communications des institutions », a ajouté cette source. Le « sujet fait rigoler, mais est jugé très sérieux », a-t-elle souligné.