Les Etats-Unis considèrent le mouvement de boycott d’Israël comme « antisémite »

ALLIANCE Une campagne mondiale de boycott économique, culturel ou scientifique d’Israël a été lancée pour réclamer la fin de l’occupation et de la colonisation des Territoires palestiniens

20 Minutes avec AFP

— 

Mike Pompeo est le ministre des Affaires étrangères américain.
Mike Pompeo est le ministre des Affaires étrangères américain. — Alex Brandon/AP/SIPA

Des mesures « immédiates » vont être prises par les Etats-Unis contre des organisations liées au mouvement BDS de boycott  d’Israël, jugé « antisémite », a déclaré le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, ce jeudi à Jérusalem.

« Aujourd’hui, je veux faire une annonce (…) nous allons prendre des mesures immédiates pour identifier des organisations impliquées dans la campagne de haine menée par le BDS et retirer le soutien américain à ces groupes », a déclaré Mike Pompeo lors d’un point de presse avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

L’Afrique du Sud comme exemple

En février, Mike Pompeo avait accusé l’ONU d’un « parti pris anti-Israël » après la diffusion d’une liste de sociétés opérant dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international. Cette publication « facilite » la campagne du BDS et « délégitime Israël », avait estimé le chef de la diplomatie américaine.

Le BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) est une campagne mondiale de boycott économique, culturel ou scientifique d’Israël, afin d’obtenir la fin de l’occupation et de la colonisation des Territoires palestiniens. Ses soutiens s’appuient sur l’exemple de l’Afrique du Sud, affirmant que le boycott du pays a permis de mettre fin au régime d’apartheid.

Donald Trump, allié de Benjamin Netanyahou

Israël accuse la campagne BDS d’antisémitisme et de remettre en cause l’existence même de l’Etat hébreu, ce que le mouvement dément. Conformément à une loi en vigueur depuis 2017, Israël interdit l’entrée sur son territoire à des étrangers accusés de soutenir la campagne BDS.

La colonisation par Israël de la Cisjordanie occupée et de Jérusalem-Est annexé s’est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967, mais elle s’est accélérée ces dernières années sous l’impulsion du Premier ministre Benjamin Netanyahou et avec la bienveillance de son allié à Washington, Donald Trump.