Coronavirus : Raël et sa secte lancent une campagne « câlins gratuits » contre les gestes barrières

GOUROU La secte raëlienne refait parler d'elle à l'occasion de la pandémie

20 Minutes avec AFP

— 

Le gourou Raël (Claude Vorilhon), au Japon, en 2004. (archives)
Le gourou Raël (Claude Vorilhon), au Japon, en 2004. (archives) — TORU YAMANAKA / AFP

Une pancarte en carton pour un « câlin gratuit » qui semble bien innocent et pourtant : la secte Raël a appelé ses membres à travers le monde à lutter contre les règles de distanciation sociale en relançant des campagnes d’accolades de rue, plus connues sous le nom de « free hugs ». Le mouvement raëlien, qui revendique plusieurs dizaines de milliers de membres à travers le monde, a annoncé dans un communiqué relancer cette pratique pour lutter contre la distanciation sociale, jugée « criminelle » et revendique « la liberté de mettre en danger sa propre vie ».

Ce culte, fondé dans les années 1970 par Claude Vorilhon, alias Raël, affirme que la vie sur Terre a été créée il y a 25.000 ans par des extraterrestres, que le fondateur de la secte affirme avoir rencontrés. Raël, qui se présente comme le « messager » d’une « religion athée », est adepte du clonage, de la « méditation sensuelle » et du « polyamour ». Le mouvement est classé comme secte depuis 1995 par un rapport parlementaire.

Depuis 2014, le mouvement utilise ces campagnes de « free hugs », pour étendre son recrutement et populariser ses dogmes. Selon la porte-parole du mouvement raëlien international, Brigitte Boisselier, « la campagne raëlienne des câlins gratuits a déjà repris en Amérique du Nord et en Europe avec un grand succès », notamment lors des célébrations d’Halloween.