Une équipe éclectique qui devra jouer collectif, malgré les égo

Aurélien Mathé et Armelle Le Goff

— 

Pour faire face aux nombreux défis des quatre années à venir, le nouveau président a choisi de s'entourer de fortes personnalités. Autant parmi ses secrétaires d'Etat que ses conseillers. Son cabinet compte des figures politiques comme Hillary Clinton ou Robert Gates (lire ci-dessous) mais aussi Steven Chu, nouveau secrétaire à l'Energie et Prix Nobel de physique ou encore Susan Rice, diplômée de Stanford et de Harvard et nouvelle ambassadrice à l'ONU.

Une vraie brochette de talents déclinée à l'identique au sein de son équipe de conseillers. Au point que certains craignent que son cabinet de l'ombre ne fasse concurrence à son gouvernement. Mais Obama, qui veut s'entourer des meilleurs, n'en a cure. « La vision du changement, c'est de moi qu'elle vient en premier lieu. Ma tâche est de fixer le cap et de m'assurer que mon équipe le suit », a-t-il souligné pour couper court à toute polémique, au lendemain de la nomination des membres de son équipe.

Au sein de sa garde rapprochée : de vieux routiers de la politique et des fidèles venus de Chicago, comme David Axelrod ou Valérie Jarrett. Ancien directeur de communication durant la campagne, Robert Gibbs, sudiste au tempérament explosif et aux phrases chocs, occupera le poste de porte-parole de la Maison Blanche. En charge de l'organisation, au secrétariat général de la Maison Blanche : Emmanuel Rahm. Homme à poigne, il aura, notamment, la charge de gérer les conflits qui pourraient éclater entre les membres du cabinet et les conseillers d'Obama.