Les Dossiers urgents sur la table du bureau ovale

— 

Les difficultés qui attendent Barack Obama sont nombreuses, que ce soit sur le plan social, économique ou sur la scène internationale. Décryptage.

Au lendemain de son élection, Barack Obama avait déjà pris en main le plus épineux des dossiers : le plan de relance de l'économie américaine. Le Sénat américain s'est prononcé pour le déblocage de 350 milliards de dollars le 16 janvier, sur les 1 000 milliards prévus. « C'est une première victoire politique pour Obama, explique François Durpaire, spécialiste des Etats-Unis. Mais maintenant, il va falloir voir comment les sénateurs répartissent cette somme. Le mois de février sera en partie consacré à la relance, les autres dossiers viendront après. » La crise est d'une telle ampleur qu'elle conditionne toutes les autres mesures. « Obama l'a souligné pendant sa campagne, il ne s'agit pas seulement d'une crise économique mais aussi d'une crise sociale », souligne le chercheur. Tous les secteurs sont concernés. Le plan des démocrates de la Chambre vise à investir, entre autres, 54 milliards de dollars dans l'énergie et 141,6 milliards dans l'éducation.

Les déclarations d'Obama sur le conflit israélo-palestinien ne devraient pas se faire attendre (lire p. 15). Mais c'est surtout sur l'Irak, l'Iran et l'Afghanistan que Barack Obama jouera la partie en matière de politique étrangère. « Il ne sera pas aussi virulent sur le terrain qu'il l'a été dans ses déclarations, prévient François Durpaire. Le redéploiement des troupes actuellement en Irak sur le front afghan ne se fera pas complètement. » La guerre en Irak a été le cheval de bataille d'Obama pendant la campagne et un facteur décisif dans sa victoire.

Si la lutte contre le terrorisme reste une de ses priorités, le retour chez eux des GI n'est pas prévu avant 2011. « De toute façon, pour ce qui est de la politique étrangère, Obama veut aussi laisser Hillary Clinton [nommée secrétaire d'Etat] gérer les dossiers », souligne François Durpaire.

Le plan des démocrates prévoit de s'attaquer à la baisse des coûts de la santé avec un budget de 24,1 milliards de dollars. Une loi étendant la couverture santé pour les enfants défavorisés vient d'être adoptée à la Chambre des représentants. Elle sera promulguée par Obama juste après l'investiture. Mais le Sénat doit encore valider le texte. Sans vouloir imposer une assurance universelle aux Américains, le Président entend tout de même les inciter à souscrire une assurance, en abaissant les coups d'adhésion. Reste à trouver comment.

Le développement de l'énergie verte est l'une des préoccupations centrales de l'administration Obama. Il souhaite assurer l'indépendance énergétique des Etats-Unis afin de soulager les ménages qui font face à des coûts de plus en plus élevés. Il entend soutenir la recherche et l'innovation pour le développement des énergies nouvelles. Obama espère ainsi réduire de 80 % les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2050.

Maud Descamps