Un milliardaire convie 300 personnes défavorisées à un bal people

REPORTAGE Earl Stafford a dépensé plus d'un million et demi de dollars pour convier des sans-abri et personnes défavorisées à l'investiture du premier président afro-américain. Programme présidentiel, logement de luxe et bal ultra-select au menu pour les invités.

Laura Desjardins

— 

Inger Marlowe, Justin Simmons et Triouleyre, invités par le milliardaire Earl Stafford à l'investiture de Barack Obama.
Inger Marlowe, Justin Simmons et Triouleyre, invités par le milliardaire Earl Stafford à l'investiture de Barack Obama. — Laura Desjardins / 20minutes
De notre envoyée spéciale à Washington

Des dizaines de vigiles, taillés comme des colosses et pendus à leurs oreillettes bloquent l’entrée de l’hôtel JW Marriott situé dans la zone rouge, à deux pas de la Maison Blanche. Sur les épais tapis rouges du lobby, on aperçoit des silhouettes: la plupart d’entre eux sont les invités d’Earl Stafford. Ils sont victimes d’ouragans, enfants défavorisés ou femmes battues. Les autres sont les clients de l’hôtel et des célébrités, peut-être un peu désorientés à la vue de leurs voisins de chambre.

Avec sa fondation, l’homme d’affaires milliardaire de 60 ans a acheté un «package» de 300 chambres de l’hôtel pour un million de dollars. Au programme des invités lundi, un petit déjeuner de prière puis un déjeuner en l’honneur de Martin Luther King, en présence du fils du King, Martin Luther King III.

»Notre canton a envoyé une lettre quand il a entendu parler de l’initiative de Monsieur Stafford, et nous avons pu venir avec quatre adolescents», explique  Inger Marlowe présidente de la division multiculturelle du Brunswick Arts Council en Caroline du Nord. Parmi eux, Justin Simmons, un jeune afro-américain de 17 ans en situation difficile et Crystel, 17 ans, qui vit dans un logement exigu avec 12 personnes et s’occupe du bébé d’une mère toxicomane.  

Ce mardi, ils vont participer à la cérémonie d’investiture avant de filer se préparer pour le bal. Earl Stafford a donné la consigne à son équipe de bénévoles de leur fournir tout ce dont ils ont besoin. Le mot s’est diffusé et des centaines de robes de bals et costumes ont été envoyées gracieusement (à tel point que les bénévoles ont dû faire une annonce officilelle pour dire d’arrêter d’envoyer des robes). Un magasin de chaussures d’Atlanta a envoyé 100 paires de chaussures pour hommes. Des coiffeurs, maquilleurs de tout le pays se sont portés volontaires pour que les invités soient les plus beaux pour aller danser.

Le «bal des gens» est en passe de devenir l’un des plus en vue de la journée d’investiture. «Nous avons aussi vu Oprah», dit Inger Marlow, avant d’ajouter: «Même si c’est pour quelques minutes, il est possible qu’Obama passe.»