Un civil palestinien tué par des tirs israéliens au nord de Gaza

PROCHE-ORIENT C'est ce qu'affirment des sources médicales palestiniennes, alors que Ban Ki-moon vient d'arriver sur place et réclame une enquête sur les bombardements des bâtiments de l'ONU...

J.M. avec agence

— 

Des sources militaires israéliennes ont affirmé qu'aucun incident n'avait été signalé dans la nuit et que les forces poursuivaient leur repli du territoire palestinien contrôlé par le Hamas.
Des sources militaires israéliennes ont affirmé qu'aucun incident n'avait été signalé dans la nuit et que les forces poursuivaient leur repli du territoire palestinien contrôlé par le Hamas. — Jack Guez AFP
Un civil Palestinien a été tué ce mardi par des tirs de l'armée israélienne dans le nord de la bande de Gaza, selon une information émanant de sources médicales palestiniennes. L'homme, un agriculteur, a été touché dans l'est de Jabaliya, non loin de la clôture frontalière entre la bande de Gaza et Israël, par des tirs provenant des forces israéliennes stationnées à la frontière. L'armée israélienne n'a pas confirmé, une porte-parole affirmant ne pas être au courant de tirs israéliens dans ce secteur.

Une trève jusque là respectée

Il s'agirait de la première mort depuis l'instauration d'un cessez-le-feu, intervenant peu après l'arrivée de Ban Ki-moon à Gaza. Le secrétaire général de l'ONU a inspecté des bâtiments sous la responsabilité de l'ONU, dont l'école endommagée par un bombardement israëlien. Devant les ruines d'un entrepôt des Nations unies, il a déclaré qu'il y aurait «une enquête approfondie, une explication complète pour s'assurer que cela ne se reproduira plus jamais. (Les responsables) devront rendre des comptes devant des instances judiciaires».

Depuis dimanche , c'est pourtant le calme qui règnait dans la bande de Gaza. Aucun incident n'avait été signalé entre lundi et mardi dans le territoire palestinien, pour la deuxième nuit consécutive.

>>> Les événements de lundi, heure par heure, c'est ici.

Quant à savoir si Tsahal va se retirer de la bande de Gaza avant la prestation de serment du président Barack Obama, ce mardi à Washington à 18h (heure de Paris), une porte-parole de l'armée israélienne a répondu que «pour l'instant, personne (en Israël) ne parle de retrait total des troupes».

Tsahal ne compte pas se retirer totalement

En effet, les responsables de la défense s'inquiètent sur la radio militaire du fait que le Hamas dispose d'encore d'un stock de 1.200 roquettes. Et même s'ils annoncent que 80% des tunnels reliant l'Egypte au sud de la bande de Gaza et servant à l'approvisionnement en armes du mouvement palestinien sont détruits, ces mêmes responsables ont souligné que les islamistes seront en mesure d'en rouvrir une partie.

«Nous réduisons progressivement le nombre de nos troupes dans la bande de Gaza mais nous maintenons des unités en alerte à l'extérieur pour pouvoir faire face rapidement à toute éventualité», ont-ils conclu.

Fragile cessez-le-feu

Côté palestinien, des témoins rapportaient déjà dans la matinée qu'un bâtiment de la marine de guerre israélienne avait ouvert le feu à l'aube, en direction du nord de la ville de Gaza. Incident non confirmé par l'armée israélienne.

Et dans le centre du territoire, près du point de passage de Kissoufim, d'autres témoins affirmaient que des bulldozers et des tanks avaient pénétré de quelques centaines de mètres à l'intérieur de la bande de Gaza, avant d'en ressortir. Ban Ki-moon aura fort à faire pour consolider ce cessez-le-feu qui paraît plus fragile que jamais.

Pas de plan de reconstruction

Par ailleurs, les dirigeants des 22 membres de la Ligue arabe se sont engagés mardi à «apporter toute forme de soutien au peuple palestinien», mais n'ont pas réussi à créer un fonds pour la reconstruction de Gaza, au terme d'un sommet de deux jours à Koweït. Mais le communiqué du sommet de Koweit, lu par le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, ne fait aucune référence aux mécanismes de reconstruction du territoire palestinien.

Le projet de création d'un Fonds de reconstruction de Gaza, qui devait être doté de 2 milliards de dollars, était à l'ordre du jour du sommet sur une recommandation formulée par les ministres arabes des Affaires étrangères lors d'une réunion préparatoire. «Les ministres des Affaires étrangères et le secrétaire général de la Ligue ont été chargés de suivre les développements de cette question», ajoute le communiqué, une manière de dire que le projet est reporté sine die.


>>> En raison des débordements racistes systématiques, nous nous voyons contraints de fermer les articles traitant des événements de Gaza aux commentaires. Merci de votre compréhension. Si vous avez des infos ou des témoignages intéressants, n'hésitez pas à les envoyer au 33320@ 20minutes.fr