Les journaux français placent Obama entre espoir et lendemains qui déchantent

REVUE DE PRESSE Il n'est pas encore président des Etats-Unis, mais les médias s'interrogent sur sa capacité à concrétiser les attentes placés en lui...

J.M. avec agence

— 

La presse kényane salue jeudi à la "Une" la victoire à l'investiture démocrate pour la présidentielle américaine du "fils de la nation", le sénateur Barack Obama, dont le père était kényan.
La presse kényane salue jeudi à la "Une" la victoire à l'investiture démocrate pour la présidentielle américaine du "fils de la nation", le sénateur Barack Obama, dont le père était kényan. — Simon Maina AFP

La presse parisienne se montre dithyrambique sur Barack Obama, le 44e président des Etats Unis qui prête serment ce mardi, mais est plus prudente sur sa capacité à satisfaire les énormes espoirs placés en lui dans son pays et ailleurs dans le monde.

La rupture avec le Bushisme

«Libération» note que ce «politique redoutable, donc apte au compromis» est toutefois «très au-dessus des éternelles leçons de calcul dispensées par les cyniques et les résignés».

Pour l'éditorialiste du «Monde», «Barack Obama a le patriotisme chevillé au corps» mais «à mille lieues du patriotisme étriqué et inculte de l'équipe précédente».

Laisser «vivre le rêve»

Le quotidien «L'Humanité», quant à lui, s'interroge: «Qu'en sera-t-il de l'espérance d'en finir avec la guerre des civilisations lancée par George Bush?»

Enfin, le journal «La Croix» n'ignore rien de l'éventualité des lendemains qui déchantent. Il invite cependant à laisser «vivre le rêve» au moins le temps de cette journée d'investiture.