Le journaliste irakien Mountazer al-Zaïdi qui a lancé ses chaussures sur le président américain George W. Bush le 14 décembre dernier à Bagdad va demander l'asile politique en Suisse, a annoncé un avocat genevois au quotidien La Tribune de Genève publié lundi.
Le journaliste irakien Mountazer al-Zaïdi qui a lancé ses chaussures sur le président américain George W. Bush le 14 décembre dernier à Bagdad va demander l'asile politique en Suisse, a annoncé un avocat genevois au quotidien La Tribune de Genève publié lundi. — Ahmad al-Rubaye AFP

IRAK

L'auteur de l'attentat à la chaussure contre Bush demande l'asile politique en Suisse

La famille du journaliste a pris contact avec un avocat de Genève pour qu'il lance la procédure...

Mountazer Al-Zaïdi s'est rendu célèbre en jetant ses chaussures à la tête de George W. Bush. Trop célèbre, car aujourd'hui, le journaliste a peur pour sa vie s'il reste en Irak. Ce qui pousse son avocat à multiplier les démarches auprès de la Suisse pour que le pays lui accorde l'asile politique, comme il l'a déclaré à «La tribune de Genève» dimanche.

L'homme est toujours en détention préventive à Bagdad, mais son avocat estime qu'«il devrait être jugé assez rapidement et écoper d’une peine avec sursis». Mais selon lui, le danger peut venir de partout et il explique que «même si de nombreux Irakiens soutiennent son acte, il est à la merci d’extrémistes de tout poil. Et d’autres fous qui voudraient faire de lui un martyr de la souffrance de tout un peuple.»

Plan de carrière

La famille du prévenu, qui a pris contact avec l'avocat, voit dans la Suisse le pays de la paix et des Droits de l’homme: «Genève est le symbole de l’ouverture et de l’accueil, renchérit l’avocat, les proches de mon client ont donc voulu que ce soit dans cette ville que les démarches soient entreprises pour lui venir en aide. La Suisse peut donc bien lui accorder l’asile sans pour autant prendre position pour ou contre l’intervention américaine en Irak.»

Si le Département fédéral des affaires étrangères suisse répond favorablement à la demande, l'homme a un plan de carrière tout tracé pour son client. Pour l'avocat, «une fois installé à Genève, cet homme, célibataire et sans enfants, pourra très bien travailler comme journaliste aux Nations unies.»