Barack Obama s'adresse au peuple américain, entre «défis» et «unité»

ETATS-UNIS Morceaux choisis du discours du président élu à Washington...

J.M. avec agence

— 

Dès que les lumières des derniers bals s'éteindront mardi soir, la capitale américaine redeviendra plus studieuse avec une nouvelle administration qui s'est engagée à se mettre immédiatement au travail.
Dès que les lumières des derniers bals s'éteindront mardi soir, la capitale américaine redeviendra plus studieuse avec une nouvelle administration qui s'est engagée à se mettre immédiatement au travail. — Emmanuel Dunand AFP
Barack Obama a célébré dimanche, à l'ombre d'Abraham Lincoln, l'union symbolisée par l'élection du premier président noir des Etats-Unis et appelé au sacrifice des centaines de milliers de spectateurs pour surmonter les épreuves auxquelles fait face le pays.

«Au cours de notre histoire, seule une poignée de générations ont été confrontées à des défis aussi graves que ceux auxquels nous avons à faire face aujourd'hui», a lancé le président élu dans un bref discours, devant une foule venue célébrer son investiture au pied du Lincoln Memorial, au coeur de la capitale américaine, où Martin Luther King avait prononcé en 1963 son fameux discours «I have a dream» sur l'égalité entre noirs et blancs.

Le rêve des Pères fondateurs

«En dépit de l'énormité de la tâche qui nous attend, je me présente à vous aujourd'hui, intact dans ma conviction que les Etats-Unis d'Amérique vont vivre, que le rêve de nos Pères fondateurs va continuer à vivre aujourd'hui», a-t-il lancé, entouré de stars qui ont donné un concert gratuit sur les marches du monument dédié au président qui a aboli l'esclavage.

«Ce qui me donne l'espoir par dessus tout, ce ne sont pas les pierres et le marbre qui nous entourent, mais ce qui remplit les interstices. C'est vous, Américains de toutes les races, venus de partout, de toutes conditions, vous qui êtes venus ici parce que vous croyez en ce que ce pays peut être et parce que vous voulez contribuer à ce qu'il y parvienne», a souligné le futur président.

Besoin de l'aide de tous pour avancer

«Il ne fait aucun doute que notre route sera longue. La pente sera raide. Mais n'oubliez jamais que l'esprit de notre Nation ne se révèle pas dans le confort et la facilité, mais par le bien que nous faisons quand les temps sont difficiles», a-t-il ajouté, reprenant une nouvelle fois une formule chère à Jean-Pierre Raffarin.

«Je vous demande encore une fois de m'aider à révéler cet esprit et ensemble nous pouvons continuer à avancer, en tant que nation, en tant que peuple, pour perpétuer l'héritage de ces ancêtres que nous célébrons aujourd'hui», a-t-il conclu sous les applaudissements nourris de la foule, avant que Bruce Springsteen n'ouvre le bal.