Présidentielle américaine : « J’ai plus peur du socialisme que du Covid »… Le fief de Nixon à fond derrière Donald Trump

REPORTAGE A Yorba Linda, dans le comté d’Orange, en Californie, les électeurs venus voter en personne, mardi, soutiennent avec ferveur le président américain

Philippe Berry

— 

Un bureau de vote à Yorba Linda, en Californie, lors de la présidentielle américaine, le 3 novembre 2020.
Un bureau de vote à Yorba Linda, en Californie, lors de la présidentielle américaine, le 3 novembre 2020. — P.BERRY/20 MINUTES
  • Alors que l’Amérique vote, notre correspondant aux Etats-Unis est allé prendre la température à Yorba Linda, en Californie.
  • Dans ce fief républicain, le président américain semble plus populaire que jamais.
  • Malgré le coronavirus, les électeurs estiment qu’il a « tenu ses promesses ».

De notre correspondant aux Etats-Unis,

C’est le fief de Richard Nixon. Alors que le comté d’Orange a basculé démocrate en 2016 pour la première fois depuis 1936, Yorba Linda, où est né Nixon, avait plébiscité Donald Trump face à Hillary Clinton par une marge de plus de 20 points. Quatre ans et une pandémie plus tard, l’enthousiasme ne semble pas être retombé ce mardi, alors que l’Amérique se rend aux urnes.

Scott, un ex-militaire, a voté pour Donald Trump, comme en 2016, et « n’a pas hésité une seconde » : « Il a tenu ses promesses et fait passer les Américains d’abord. Sur l’emploi et les impôts, ma situation s’est améliorée pendant son mandat », assure-t-il derrière son masque.

Il n’est pas le seul. Sur 15 personnes qui ont répondu à 20 Minutes, 12 ont choisi le président américain, deux Joe Biden, et Lindsey, qui penchait démocrate, a voté blanc. « J’aimais bien Pete Buttigieg, qui est centriste. Mais Joe Biden a été poussé vers la gauche par la primaire contre Bernie Sanders », estime-t-elle. Cette cadre est également en colère contre les restrictions imposées par le gouverneur démocrate Gavin Newsom : « L’école de mon fils est toujours fermée. C’est difficile de télétravailler à la maison. Il faut rouvrir les établissements scolaires, même l’Europe l’a fait. »

« Peur du socialisme et du communisme »

Les attaques de Donald Trump contre Joe Biden et des « démocrates radicaux » semblent avoir résonné avec les électeurs. Née en Roumanie, Linda confie « avoir vu les ravages du communisme » sous Ceausescu. Selon elle, « les progressistes ont de bonnes intentions » mais elle place « les libertés individuelles au-dessus de tout. » Aurea, qui a fui Cuba avec ses parents quand elle avait sept ans, en 1963, acquiesce et dit avoir « plus peur du socialisme que du Covid ».

Kevin et Lucy, un couple d’infirmiers, jugent que Donald Trump « aurait dû prendre plus au sérieux la pandémie au tout début ». Mais malgré un bilan qui dépasse les 230.000 morts aux Etats-Unis, ils ont voté pour le président américain, comme en 2016. « La réalité, c’est que chaque pays est démuni face au Covid-19. Regardez l’Europe frappée par une seconde vague monstre. Les leaders politiques font ce qu’ils peuvent. »

« J’ai voté pour Biden pour le futur de mes enfants »

Il faut relativiser ce plébiscite apparent de Donald Trump. Il s’agit d’un échantillon minuscule, et plus de 12 millions de Californiens ont déjà voté lors d’un vote anticipé qui devrait favoriser les démocrates. Mais chez les républicains, la ferveur Trump ne semble pas s’effriter.

Pour trouver des soutiens de Joe Biden ce mardi, il faut se tourner vers des électeurs plus jeunes. John, un étudiant en économie de 22 ans, a choisi le candidat démocrate comme un « moindre mal ». « Je suis plutôt centriste mais pour moi, c’est tout sauf Trump, notamment sur la lutte contre le changement climatique ». Raina, qui tient un petit garçon de 18 mois dans ses bras, dit « avoir voté pour Biden pour le futur de [ses] enfants. » Avant de conclure : « Si Donald Trump est réélu pour quatre ans, j’ai peur pour notre démocratie. »