Autriche : Une « attaque terroriste » à Vienne fait au moins deux morts

FAITS DIVERS Un des agresseurs « serait mort, un autre en fuite », a précisé le ministère de l’Intérieur

20 Minutes avec AFP
— 
Fusillade à Vienne: Six différents lieux visés, deux morts dont un suspect — 20 Minutes

Une fusillade a eu lieu lundi soir dans le centre de Vienne (1er arrondissement), en Autriche, selon la police, des médias locaux évoquant une attaque contre une synagogue. Même si l’acte n’a pour le moment pas été revendiquée, il ne fait aucun doute pour le chancelier Sebastian Kurz que c’est une « attaque terroriste ». Selon les autorités, l’attentat a fait au moins deux morts en plus d’un des assaillants. A 5 heures du matin, une chasse à l’homme était toujours en cours dans la capitale plongée dans la terreur. « Au moins un suspect se trouve en fuite », a déclaré le ministre autrichien de l’Intérieur, Karl Nehammer.



Selon le quotidien allemand Bild, l’auteur principal de l’attaque serait un membre de l’organisation Etat islamique qui aurait annoncé l’action lundi sur Instagram.

Un témoin, interrogé sur une chaîne de télévision, a dit avoir vu « courir une personne avec une arme automatique, qui tirait sauvagement ». La police est alors arrivée sur les lieux et a riposté, un autre témoin faisant état « d’au moins 50 coups de feu ».

La synagogue était-elle visée ?

« A ce stade, il n’est pas possible de dire si la synagogue était visée », a réagi sur Twitter Oskar Deutsch, le président de la Communauté israélite de Vienne (IKG).

Via son compte Twitter, la police de la capitale autrichienne tient informée la population. « Coups de feu dans le quartier du centre-ville, il y a des personnes blessées », a-t-elle écrit dans la soirée de ce lundi, avant de demander aux habitants de se « tenir à l’écart de tous les lieux publics ou des transports en commun », de ne pas partager de photo ou vidéo et de rester chez eux.

Les transports publics de Vienne ne s’arrêtent plus dans cet arrondissement du centre-ville jusqu’à nouvel ordre, indiquent les forces de l’ordre.