Présidentielle américaine : En marge du duel Trump-Biden, la bataille pour le Sénat est totale

ELECTIONS Les démocrates ont besoin de gagner trois ou quatre sièges s'ils veulent reprendre le contrôle de la chambre haute du Congrès

Philippe Berry

— 

Les candidats au Sénat américain Mark Kelly, Martha McSally, David Perdue, Jon Ossoff, Cal Cunningham, Thom Tillis, Jaime Harrison et Lindsey Graham.
Les candidats au Sénat américain Mark Kelly, Martha McSally, David Perdue, Jon Ossoff, Cal Cunningham, Thom Tillis, Jaime Harrison et Lindsey Graham. — Photos Sipa / montage 20 Minutes
  • Les Américains ne votent pas que pour leur président, le 3 novembre, mais aussi pour le Congrès.
  • Si les démocrates sont favoris à la Chambre, cela devrait être beaucoup plus serré au Sénat.
  • Avec une dizaine de scrutins indécis, les démocrates ont toutefois une vraie chance de réaliser le triplé comme en 2008.

De notre correspondant aux Etats-Unis,

Les démocrates peuvent-ils réaliser le triplé comme en 2008 ? A l’heure actuelle, à moins d’un raté des sondages deux fois plus important qu’en 2016, Joe Biden reste le favori face à Donald Trump dans la présidentielle américaine, et son parti est quasi-assuré d’être majoritaire à la Chambre des représentants. En revanche, le suspense est entier pour le Sénat, avec un tiers des sièges en jeu le 3 novembre.

Pour en reprendre le contrôle, les démocrates ont besoin de remporter trois sièges de plus que les républicains si Joe Biden s’impose, et quatre s’il perd (en cas d’égalité 50-50, le vice-président apporte la voix décisive). Et avec neuf sénatoriales dans la marge d’erreur, le suspense est total.

Arizona : L’ex-astronaute Mark Kelly veut déloger la républicaine Martha McSally

Les candidats au Sénat américain Mark Kelly (démocrate) et Martha McSally (républicaine).
Les candidats au Sénat américain Mark Kelly (démocrate) et Martha McSally (républicaine). - Photos Sipa / montage 20 Minutes

C’est l’une des batailles les plus médiatiques de cette élection. D’un côté, la sortante républicaine Martha McSally, ex-pilote de chasse dans l’US Air Force. De l’autre, le démocrate Mark Kelly, ancien capitaine de l’US Navy et ex-pilote de la navette spatiale – son jumeau, Scott Kelly, a passé un an à bord de l’ISS. Moment emblématique de cette campagne : McSally a refusé de répondre lors d’un débat télévisé à la question « Etes-vous fière de votre soutien au président Trump ? ». Mais cette semaine, elle s’est toutefois affichée aux côtés de Donald Trump lors d’un meeting électoral. Mark Kelly, lui, s’est engagé pour une réforme « de bon sens » des lois sur les armes à feu, alors que son épouse, l’élue Gabby Giffords, avait été grièvement blessée par balles lors d’une tentative d’assassinat en 2011. Jeudi, Kelly comptait 2,7 points d’avance dans les sondages.

Géorgie : Le jeune démocrate Jon Ossoff face au sortant républicain David Perdue

Les candidats au Sénat américain David Perdue (républicain) et Jon Ossoff (démocrate).
Les candidats au Sénat américain David Perdue (républicain) et Jon Ossoff (démocrate). - Photos Sipa / montage 20 Minutes

Il a 33 ans, il s’exprime avec éloquence et, en 2017, il était passé très près d’une victoire surprise à la Chambre des représentants. Cette fois, Jon Ossoff tente sa chance au Sénat face au républicain David Perdue. Dans une bataille au couteau, les deux hommes sont à parfaite égalité. Mais mercredi, Jon Ossoff a sonné son adversaire lors d’un débat télévisé avec une tirade sanglante d’une minute : « Peut-être que le sénateur Perdue aurait mieux géré la pandémie s’il n’avait pas été occupé par plusieurs enquêtes pour délit d’initié. Ce n’est pas juste que vous êtes un escroc, sénateur, c’est que vous attaquez la santé des gens que vous représentez. Vous avez déclaré que le Covid-19 n’était pas '“plus mortel que la grippe'” et vous avez voté à quatre reprises pour supprimer la protection sur les conditions préexistantes. »

Caroline du Nord : Le démocrate Cal Cunningham plombé par des révélations sur des liaisons présumées

Les candidats au Sénat américain Cal Cunningham (démocrate) et Thom Tillis (républicaine).
Les candidats au Sénat américain Cal Cunningham (démocrate) et Thom Tillis (républicaine). - Photos Sipa / montage 20 Minutes

L’affaire semblait presque dans le sac. Début septembre, Thom Tillis, le sortant républicain, distancé dans les sondages, annonce qu’il a été testé positif au coronavirus – il faisait partie du cluster de la Garden party à la Maison Blanche. Mais dans le même temps, le démocrate Cal Cunningham avoue qu’il a bien échangé des SMS intimes avec une autre femme. Gênant pour cet ex-militaire qui s’est façonné une image de père de famille modèle. Dans la foulée, une seconde femme affirme avoir eu une liaison avec lui. En un mois, l’avance de Cunningham est passée de six à deux points, et le scrutin devrait se jouer à la photo finish.

Caroline du Sud : Le puissant républicain Lindsey Graham en danger

Les candidats au Sénat américain Jaime Harrison (démocrate) et Lindsey Graham (républicain).
Les candidats au Sénat américain Jaime Harrison (démocrate) et Lindsey Graham (républicain). - Photos Sipa / montage 20 Minutes

Néo-converti au trumpisme, Lindsey Graham est devenu – sans doute par opportunité – l’un des plus fervents supporters du président américain, et il semblait assuré d’être tranquillement réélu. Oui mais voilà, il affronte le charismatique Jaime Harrison, qui a explosé tous les records de collecte de fonds (plus de 50 millions de dollars au dernier trimestre). A la tête du comité judiciaire du Sénat, Lindsey Graham a joué un rôle central dans la confirmation de la juge Amy Coney Barrett à la Cour suprême et fait face à une mobilisation nationale des donateurs démocrates contre lui. « Ils sont en train de me tuer financièrement », s’est plaint Graham. Qui reste malgré tout favori dans un Etat conservateur que Donald Trump avait remporté par 15 points.

Le reste : Deux sortantes républicaines en difficulté

Dans l’Iowa, la démocrate Theresa Greenfield fait la course en tête face à la sortante Joni Ernst, qui a tout misé sur son soutien à Donald Trump. Dans le Maine, la républicaine modérée Susan Collins, elle, a pris ses distances avec le président américain (elle avait sauvé la réforme de la santé et a voté contre la confirmation d’Amy Coney Barrett) mais semble se diriger vers une défaite face à la démocrate Sara Gideon. Dans le Montana, le républicain Steve Daines conserve une longueur d’avance mais dans le Michigan et le Minnesota, les démocrates Gary Peters et Tina Smith ont une marge de sécurité confortable.

Avec tout ça, les démocrates ont 78 % de chance de s’imposer au Sénat, selon les projections du site FiveThirtyEight. Mais certains Etats sont en manque de sondages fiables, et une erreur d’un ou deux points pourrait tout changer.