Camion charnier de Londres : Le chauffeur a attendu 23 minutes avant de prévenir la police

ENQUETE L'an dernier les corps de 39 migrants vietnamiens avaient été découverts à bord d’un camion frigorifique dans une zone industrielle proche de Londres

20 Minutes avec AFP

— 

Camion charnier de Londres : le chauffeur a attendu 23 minutes avant de donner l'alarme (Archives)
Camion charnier de Londres : le chauffeur a attendu 23 minutes avant de donner l'alarme (Archives) — Alastair Grant/AP/SIPA

Il avait passé plusieurs autres coups de téléphone avant de prévenir les forces de l’ordre. Le chauffeur du camion charnier de Londres, à bord duquel 39 migrants vietnamiens ont été retrouvés morts il y a un an, a attendu 23 minutes avant d’appeler la police, a détaillé mardi le procureur lors du procès à Londres.

Maurice Robinson, 26 ans, qui a plaidé coupable d’homicides involontaires, avait découvert les corps aux premières heures du 23 octobre 2019 dans une zone industrielle à l’est de la capitale britannique. Il avait récupéré la remorque, en provenance de Zeebruges (Belgique) au port de Purfleet (sud-est de l’Angleterre), avant d’ouvrir les portes non loin de là, à Thurrock. A l’intérieur, il a découvert les corps des migrants, parmi lesquels deux adolescents de 15 ans, qui ont étouffé dans cet espace confiné.

Des coups de fil à d’autres membres du trafic

Au lieu d’appeler immédiatement la police, le chauffeur a passé plusieurs coups de téléphone à d’autres membres du trafic, a expliqué le procureur à l’audience devant la cour criminelle de l’Old Bailey à Londres. Il a aussi roulé en faisant une boucle autour d’une zone industrielle avant de finalement appeler les forces de l’ordre.

Quatre hommes sont jugés depuis cette semaine devant la Cour criminelle de l’Old Bailey pour homicides involontaires ou pour aide à l’immigration clandestine. Les deux principaux suspects, le chauffeur du camion dans lequel les corps avaient été retrouvés et un Nord-Irlandais soupçonné d’avoir organisé le mouvement des chauffeurs ayant participé au trafic, ont plaidé coupable et feront l’objet d’une audience ultérieure pour déterminer leur peine.

Le procès, qui a débuté au début du mois, doit durer jusqu’à six semaines au total.