Cisjordanie : L’ONU demande une « enquête indépendante » sur la mort d’un jeune Palestinien

CONFLIT L’armée israélienne a déclaré qu’aucun coup n’avait été donné mais un témoin de la scène prétend avoir assisté à un véritable matraquage de cinq minutes

20 Minutes avec agences

— 

Un soldat israélien dans une colonie en Cisjordanie (illustration)
Un soldat israélien dans une colonie en Cisjordanie (illustration) — Ariel Schalit/AP/SIPA

L’ONU a appelé ce lundi à l’ouverture d’une « enquête indépendante » après la mort ce week-end d’un Palestinien en Cisjordanie occupée. Le jeune homme de 17 ans est décédé après une confrontation avec des soldats israéliens.

Sa mort a été déclarée ce dimanche matin. Il aurait reçu des « coups » à la nuque, selon le ministère palestinien de la Santé. Selon un responsable de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), les soldats israéliens auraient perpétré « un acte monstrueux de brutalité » en « matraquant » le jeune homme.

Pas de coups selon l’armée israélienne

L’armée israélienne a reconnu l’existence d’un incident entre le jeune et des soldats mais a nié les coups. Des soldats auraient été envoyés dans la nuit de samedi à dimanche à Turmus Ayya, un village au nord de Ramallah, où des personnes auraient été en train de caillasser un véhicule israélien.

« Les deux suspects ont pris la fuite à l’arrivée des troupes », a indiqué l’armée israélienne. « Mais l’un des suspects a semble-t-il perdu conscience, s’est effondré et a heurté sa tête. Le suspect n’a pas été battu par les soldats. »

Une enquête « rapide » et « indépendante » demandée

Mais selon un jeune Palestinien, témoin de la scène, la jeune victime aurait bien été battue « pendant cinq minutes ». « Il criait sans cesse, puis sa voix s’est arrêtée d’un coup », a indiqué le témoin à une chaîne locale.

Face à ces « versions conflictuelles », l’émissaire de l’ONU pour le Proche-Orient Nickolay Mladenov a demandé ce lundi la « tenue d’une enquête rapide et indépendante sur les évènements qui ont mené à la mort de ce garçon ». Sur Twitter, le consulat britannique à Jérusalem a demandé à Israël « d’ouvrir une enquête » sur cette mort suspecte.

La coordination sécuritaire entre Israël et l’Autorité palestinienne est à l’arrêt depuis mai dernier. Le président palestinien Mahmoud Abbas a pris cette décision pour protester contre le projet israélien, aujourd’hui suspendu, d’annexion de pans de la Cisjordanie, territoire occupé par l’armée israélienne depuis 1967.