Saïd Siam, la plus haute personnalité du Hamas tuée depuis le début de l'offensive

PORTRAIT Le ministre de l'Intérieur était l'un des instigateurs du coup de force du mouvement islamiste en juin 2007 dans la bande de Gaza...

Avec agence

— 

Le ministre de l'Intérieur du Hamas, Said Siam, ici lors d'une conférence de presse le 8 juin 2008 près du terminal de Rafah, a été abattu par l'armée israélienne ce jeudi 15 janvier. 
Le ministre de l'Intérieur du Hamas, Said Siam, ici lors d'une conférence de presse le 8 juin 2008 près du terminal de Rafah, a été abattu par l'armée israélienne ce jeudi 15 janvier.  — S. KHATIB / AFP

Saïd Siam, qui a été tué ce jeudi par l'armée israélienne à Gaza, avait créé la Force exécutive du Hamas, transformée par la suite en police du mouvement, après la prise de contrôle de la bande de Gaza par les islamistes en juin 2007.

Il était membre de l'aile radicale du mouvement islamiste et avait été accusé par le Fatah du président Mahmoud Abbas d'avoir mené une répression féroce contre ce parti après la prise de contrôle de Gaza.

Longue carrière de professeur

En mars 2006, il avait été nommé ministre de l'Intérieur du gouvernement d'union palestinien qui regroupait alors les deux principaux partis, le Fatah et le Hamas. Il était membre du bureau politique du Hamas et avait été élu député dans sa circonscription de Gaza où il était très populaire.

Né dans le camp de réfugiés de Chatti à Gaza en 1959, ce père de six enfants n'était réellement entré en politique qu'assez tard, après une longue carrière de professeur qu'il a abandonnée en 2003.

Il avait cependant été très actif en politique pendant des années et a été arrêté à quatre reprises lors de la première Intifada (1987-1993). Tout comme Mahmoud Zahar, il avait été expulsé par Israël en 1992 vers le sud Liban. A son retour, il avait été interpellé par les services de sécurité palestiniens.

Ancien proche de cheikh Ahmed Yassine

Ancien proche de cheikh Ahmed Yassine, le père fondateur du Hamas liquidé par Israël en 2004, il avait travaillé en étroite collaboration avec l'actuel chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal (basé à Damas), qu'il avait accompagné à Moscou lors de la première visite du mouvement dans une grande capitale occidentale.

Le 1er janvier, un autre dirigeant de premier plan du Hamas, Nizar Rayan, avait été tué dans un raid israélien à Jabaliya (nord de la bande de Gaza) qui a coûté la vie à ses quatre épouses et à dix de ses 12 enfants.

>>> En raison de débordements systématiques, nous nous voyons contraints de fermer les articles traitant des événements de Gaza aux commentaires. Si vous avez des infos ou des témoignages intéressants, n'hésitez pas à les envoyer au 33320@ 20minutes.fr