Etats-Unis : Victoire pour les idées conservatrices, la juge Amy Coney Barrett confirmée à la Cour suprême

SUR LE FIL L’institution compte désormais six juges conservateurs sur neuf, dont trois nommés par Donald Trump

20 Minutes avec AFP

— 

Une partisane de la juge Amy Coney Barrett, devant la Cour suprême des Etats-Unis le 26 octobre 2020.
Une partisane de la juge Amy Coney Barrett, devant la Cour suprême des Etats-Unis le 26 octobre 2020. — Jacquelyn Martin

Qu’il soit réélu ou non le 3 novembre prochain, les idées de Donald Trump vont continuer d’influencer la politique américaine durant de nombreuses années. Le président vient en effet d’enregistrer une immense victoire avec la confirmation lundi de la magistrate conservatrice Amy Coney Barrett à la Cour suprême des Etats-Unis. L’institution est désormais ancrée durablement et solidement à droite.

« C’est un jour historique pour l’Amérique », a déclaré Donald Trump lors de la prestation de serment de la magistrate, organisée dans la foulée à la Maison-Blanche.

Malgré l’opposition des démocrates face à un processus jugé « illégitime » si près du scrutin présidentiel, les élus républicains, majoritaires à la Chambre haute, ont tous, à une seule exception, voté pour la candidate choisie par le président. Cette fervente catholique de 48 ans, mère de sept enfants est opposée à l’avortement. Elle devrait donc rejoindre dès mardi le temple du droit américain, où elle prendra le siège laissé vacant par le décès de l’icône progressiste et féministe Ruth Bader Ginsburg le 18 septembre.

La droite religieuse reconnaissante

La Cour suprême comptera ainsi six juges conservateurs sur neuf, dont trois nommés par Donald Trump. Ce succès indéniable est propre à galvaniser les électeurs de la droite religieuse, qui sont reconnaissants à l’ancien magnat de l’immobilier d’avoir nommé, au cours de son mandat, plus de 200 juges fidèles à leurs valeurs dans l’ensemble du système judiciaire fédéral. Quel que soit le résultat de l’élection du 3 novembre, ce bilan sera durable, parce que ces postes sont « à vie » et que Donald Trump a choisi des magistrats globalement jeunes.