Turquie : Le président Erdogan appelle au boycott des produits français

TENSIONS En réaction, le Conseil français du culte musulman a appelé les musulmans à « défendre l’intérêt » de la France

20 Minutes avec AFP

— 

Le président turc Erdogan appelle au boycott des produits français
Le président turc Erdogan appelle au boycott des produits français — CHINE NOUVELLE/SIPA

Les tensions entre la Turquie et la France continuent. Ce lundi, le président Recep Tayyip Erdogan a appelé les Turcs à boycotter les produits français, sur fond de dispute avec Paris au sujet du traitement des musulmans de France.

« Tout comme en France certains disent « n’achetez pas les marques turques », je m’adresse d’ici à ma nation : surtout ne prêtez pas attention aux marques françaises, ne les achetez pas », a déclaré le président turc dans un discours à Ankara.

Un boycott « contre-productif », pour le CFCM

Pendant cette prise de parole, il a ensuite affirmé qu’une « campagne de lynchage semblable à celle contre les Juifs d’Europe avant la Seconde Guerre mondiale est en train d’être menée contre les musulmans ». Il a également accusé certains dirigeants européens de « fascisme » et de « nazisme ». « Les responsables européens doivent dire "stop" à la campagne de haine qui est dirigée par Macron », a-t-il poursuivi.

Les musulmans de France ne sont « pas persécutés », a réagi ce lundi le Conseil français du culte musulman (CFCM). Mohammed Moussaoui, son président, a appelé les musulmans de France à « défendre l’intérêt » du pays face à la campagne de boycott visant les produits français, qu’il considère comme « contre-productive » et créant de la « division ». « La France est un grand pays, les citoyens musulmans ne sont pas persécutés, ils construisent librement leurs mosquées et pratiquent librement leur culte », a-t-il déclaré à l’AFP.

Au sujet des caricatures de Charlie Hebdo, le président du CFCM souligne que la loi « n’oblige pas à aimer ces caricatures, elle leur donne même le droit de les détester », mais soutient la position du président Macron qui, selon lui « appelle à ne pas renoncer à la caricature, toutes les caricatures, sous la pression des terroristes ». Une réunion entre le président Emmanuel Macron et le CFCM doit avoir lieu dans la journée à l’Elysée. Le président a déjà reçu des représentants des cultes ces dernières semaines pour évoquer le projet de loi sur les « séparatismes ».