Turquie : La France dénonce « une volonté d’attiser la haine », l’ambassadeur de retour ce dimanche

DIPLOMATIE La crise diplomatique continue de s’aggraver entre la France et la Turquie après les propos de Recep Tayyip Erdogan

J.-L.D. avec AFP

— 

Les propos de Recep Tayyip Erdogan ont choqué la diplomatie française
Les propos de Recep Tayyip Erdogan ont choqué la diplomatie française — /AP/SIPA

C’est la crise diplomatique entre la Turquie et la France, après les propos du président Recep Tayyip Erdogan ce samedi à propos d' Emmanuel Macron : « Tout ce qu’on peut dire d’un chef d’Etat qui traite des millions de membres de communautés religieuses différentes de cette manière, c’est : allez d’abord faire des examens de santé mentale ». Dès samedi soir, l’Elysée avait dénoncé des propos « inacceptables » dans un communiqué : « L’outrance et la grossièreté ne sont pas une méthode. Nous exigeons d’Erdogan qu’il change le cours de sa politique car elle est dangereuse à tous points de vue. Nous n’entrons pas dans des polémiques inutiles et n’acceptons pas les insultes​ ».

Au cas où si la réponse française n’était pas suffisamment claire la veille, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a dénoncé ce dimanche « une volonté d’attiser la haine » contre la France et son président Emmanuel Macron de la part de la Turquie, soulignant que l’ambassadeur sera de retour à Paris « pour consultation ». Le ministre des Affaires étrangères, depuis l’avion qui l’emmenait vers le Mali, a fustigé « un comportement inadmissible, a fortiori de la part d’un pays allié ».

Un évènement rarissime et grave

« A l’absence de toute marque officielle de condamnation ou de solidarité des autorités turques après l’attentat terroriste de Conflans Sainte-Honorine, s’ajoutent désormais depuis quelques jours une propagande haineuse et calomnieuse contre la France », a déclaré Jean-Yves Le Drian, dans un communiqué.

Le ministre a également dénoncé des « insultes directes contre le président (EmmanuelMacron), exprimées au plus haut niveau de l’Etat turc […] L’ambassadeur de France en Turquie Hervé Magro a en conséquence été rappelé et rentre à Paris dès ce dimanche 25 octobre 2020 pour consultation. »

Le rappel d’un ambassadeur « pour consultation », selon l’expression consacrée, est un acte diplomatique rare et serait une première, semble-t-il, dans l’histoire des relations franco-turques. Le précédent rappel d’un ambassadeur français remonte à février 2019 quand Paris avait voulu protester contre une rencontre entre Luigi di Maio, alors vice-Premier ministre italien, et des « gilets jaunes ».