Coronavirus : L’Espagne proclame l'état d'urgence et un couvre-feu

EPIDEMIE L’Espagne est l’un des pays d’Europe les plus touchés par la seconde vague de coronavirus

J.-L.D. avec AFP

— 

Pedro Sanchez, Premier ministre espagnol
Pedro Sanchez, Premier ministre espagnol — Alessandra Tarantino/AP/SIPA

Il n’y a pas qu’en France que la seconde vague se fait douloureusement sentir. Le gouvernement espagnol a annoncé ce dimanche l’instauration d’un nouvel état d’urgence sanitaire, jusqu’au début du mois de mai, qui s’accompagnera d’un couvre-feu dans tout le pays, à l’exception des îles Canaries, afin de tenter de briser la deuxième vague de Covid-19

« La situation que nous traversons est extrême », a déclaré Pedro Sanchez dans une allocution télévisée à l’issue d’un Conseil des ministres extraordinaire. 

Un couvre-feu de 23h à 6h

Il a conrfimé que l'état d'alerte aurait initialement une durée de 15 jours, comme le prévoit la Constitution, et qu'il demanderait ensuite aux Cortes (chambre des députés) «de le prolonger jusqu'à début mai», mentionnant la date du 9 mai, soit pour six mois.

Concernant le couvre-feu, le chef du gouvernement espagnol a indiqué qu'il durerait en principe de 23h à 6h, avec la possibilité pour les régions d'avancer ou de retarder d'une heure son début, en fonction des caractéristiques locales.

Plus d’un million de cas

Il s’agit du deuxième état d’alerte de l’année en Espagne, après celui proclamé en mars pour contenir la première vague du coronavirus. Il avait duré jusqu’en juin. Il avait servi de base juridique à un confinement total du pays, un des plus stricts au monde, puisque les Espagnols avaient alors eu interdiction de sortir de chez eux, sauf pour aller se ravitailler.

Pedro Sanchez avait annoncé ce vendredi que l’Espagne ferait tout pour éviter un nouveau confinement, en raison de son impact sur la vie sociale et de son coût pour l’économie, et que pour cela, des mesures restreignant la liberté de mouvement étaient nécessaires.

Avec près de 35.000 morts et plus d’un million de cas, l’Espagne est un des pays les plus durement frappés par le coronavirus.