Une file d'attente pour le dépistage à Madrid.
Une file d'attente pour le dépistage à Madrid. — Manu Fernandez/AP/SIPA

MESURES SANITAIRES

Coronavirus: Nouvelles restrictions à Madrid et Bruxelles

Dans les deux villes, la situation est jugée grave

De nouvelles restrictions visant à lutter contre l'épidémie de coronavirus entrent en vigueur ce samedi à Bruxelles et Madrid, tandis que le gouvernement espagnol envisage la proclamation de l'état d'alerte au niveau national pour permettre l'imposition de couvre-feux localisés.

Les autorités bruxelloises ont ainsi décidé ce samedi d'avancer à 22h le couvre-feu imposé dans le pays, ont ordonné la fermeture des magasins à 20h et l'interdiction des activités culturelles et sportives à partir de lundi, a annoncé le ministre président de la région, Rudi Vervoort. Ce nouveau tour de vis va au-delà des décisions adoptées vendredi par le gouvernement pour l'ensemble du pays et suit les mesures annoncées par les autorités de la Wallonie, la région francophone du pays, très touchée par la pandémie. «La situation est très grave», a expliqué Rudi Vervoort lors d'une conférence de presse.

Pression

En Esapgne, quelques jours après que le pays a franchi le cap du million de cas de Covid-19, les autorités régionales, qui ont les prérogatives en matière de santé publique, ont accentué la pression sur le gouvernement pour qu'il leur accorde le droit d'imposer des restrictions accrues. En pratique, cela voudrait dire que le gouvernement du Premier ministre Pedro Sanchez déclare l'état d'alerte au niveau national, ce qui permettrait aux régions d'imposer des couvre-feux, à l'image de ce qui a été décidé dans plusieurs pays européens.

Jusqu'à présent, neuf des 17 régions autonomes en Espagne ont formellement demandé une telle mesure. Le gouvernement devrait prendre une décision au cours d'une réunion extraordinaire dimanche. Le gouvernement peut imposer l'état d'urgence pendant quinze jours, mais a besoin de l'approbation du parlement pour étendre cette période.

Mesure d'exception

Le gouvernement central n'est pas opposé à un couvre-feu, mais estime que ce régime d'exception nécessite, sur le plan légal, la proclamation préalable d'un état d'alerte et demande pour cela l'accord de toutes les régions, qu'il n'a pas encore.

Dans la capitale, l'état d'alerte, une mesure d'exception décrétée il y a deux semaines par le gouvernement central pour permettre le bouclage partiel de la capitale, doit prendre fin ce samedi à 16h47. De nouvelles restrictions décidées par les autorités régionales entreront alors en vigueur. Parmi ces nouvelles règles, tous les rassemblements, publics et privés, de personnes ne vivant pas dans les mêmes foyers seront interdits entre minuit et six heures du matin dans la capitale. Les bars et les restaurants devront fermer à minuit, contre 23h auparavant, et leur capacité d'accueil restera fixée à 50 personnes.

Plus de 3 millions de personnes infectées

Pour sa part, le président de Castille-et-Leon n'a pas attendu le gouvernement central pour annoncer qu'il imposerait un couvre-feu à ses administrés entre 22h et 6h à partir de ce week-end, alors que la région de Valence et la ville de Grenade ont indiqué qu'elles feraient de même.

L'Espagne, l'un des pays les plus durement frappés par la pandémie, est devenu mercredi le sixième pays à franchir officiellement le million de cas de Covid-19 et a enregistré près de 35.000 décès. Le chef du gouvernement avait affirmé vendredi que le «nombre réel» de personnes infectées par le Covid-19 depuis le début de la pandémie «dépasse les trois millions».