Pays-Bas : L'Eglise protestante va reconnaître sa culpabilité envers les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale

ANTISEMITISME L’Église protestante va reconnaître sa culpabilité pour ne pas avoir plus œuvré pour empêcher la propagation de l’antisémitisme avant et pendant la Seconde Guerre mondiale

20 Minutes avec agences

— 

Le camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz Birkenau, le 12 avril 2018.
Le camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz Birkenau, le 12 avril 2018. — Damian Klamka/ENPOL/SIPA

L’Eglise protestante aux Pays-Bas va admettre pour la première fois sa culpabilité dans l’instigation de l’antisémitisme avant et pendant la Seconde Guerre mondiale dans le pays, a révélé ce jeudi le quotidien Trouw. L’Église protestante (Protestantse Kerk Nederland, PKN) doit faire une confession publique en ce sens le mois prochain, à l’occasion du 82e anniversaire de la « Nuit de Cristal ». Cette nuit-là, le 9 novembre 1938, les nazis en Allemagne avaient détruit synagogues et magasins juifs.

« Nous avons échoué, dans nos discours, en gardant le silence, dans nos actions et omissions, dans notre attitude et notre pensée », a affirmé le journal, révélant les propos que doit tenir le secrétaire général du PKN Rene de Reuver dans un discours préparé à l’avance.

« Nous assumons notre responsabilité »

L’Église protestante ne va pas présenter d’excuses. Mais elle va reconnaître sa culpabilité de ne pas avoir plus œuvré pour empêcher la propagation de la haine raciale contre les Juifs. « La culpabilité est le mot le plus profond qu’on peut utiliser pour l’échec », a ajouté Rene De Reuver. « Nous ne nous distancions pas du passé, mais nous assumons notre responsabilité et reconnaissons nos erreurs », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre néerlandais, Marc Rutte, avait présenté en janvier dernier des excuses au nom du gouvernement pour la persécution des Juifs aux Pays-Bas pendant la Seconde Guerre mondiale. Ses excuses étaient les premières du gouvernement pour la persécution des Juifs et leur déportation massive vers les camps de la mort. Sur les 140.000 Juifs que comptait le pays, 102.000 ont été tués.

A noter qu’environ 15 % des Néerlandais, soit quelque 2,5 millions de personnes, sont protestants selon les statistiques officielles. Le PKN est l’instance la plus représentative de ces fidèles.