Présidentielle américaine (J-11) : Des coups mais pas de K.O. dans l’ultime débat entre Donald Trump et Joe Biden

MADE IN USA Chaque semaine, retrouvez en vidéo les temps forts du duel entre Donald Trump et Joe Biden avec notre correspondant aux Etats-Unis

Philippe Berry

— 

Présidentielle américaine (J-11): Des clashs mais pas de K.O. dans l'ultime débat entre Donald Trump et Joe Biden — 20 Minutes
  • Chaque vendredi, notre correspondant aux Etats-Unis revient sur les temps forts de la campagne américaine.
  • A 11 jours de l’élection, Donald Trump se sont affrontés lors de leur dernier débat, jeudi
  • Joe Biden a démarré pied au plancher, mais le président américain a eu un gros moment à la fin.

C’était leur dernière chance de convaincre les électeurs indécis. Donald Trump et Joe Bien ont croisé le fer comme deux gladiateurs, jeudi soir, lors de leur ultime débat. Alors que le président américain s’était moqué d’un Joe Biden « planqué dans sa cave » depuis quatre jours, l’ancien vice-président en est ressorti prêt à en découdre. Pendant les 45 premières minutes, il a mis en difficulté son adversaire, surtout sur le coronavirus, prédisant un « hiver sombre » avec jusqu’à 200.000 morts supplémentaires aux Etats-Unis, concluant : « Vous dites que le pays s’habitue à vivre avec le virus. Non, il s’habitue à mourir avec. »

Donald Trump, lui, a mis en avant le « laptop from hell », cet ordinateur portable qui appartiendrait à Hunter Biden, avec des emails publiés par le New York Post. Il a accusé Joe Biden d’être un « politicien corrompu » et de s’être « enrichi en Ukraine et en Chine » avec son fils. Riposte de Joe Biden : « Je n'ai jamais touché un centime de l'étranger. J’ai publié 22 ans de déclarations d’impôts. Où sont les vôtres ? »

Mais Donald Trump a terminé fort en poussant Joe Biden à reconnaître qu’il était favorable à une transition pour sortir du pétrole. « Ah oui ? Allez dire ça à la Pennsylvanie et au Texas », a attaqué le président américain. La Pennsylvanie est l’Etat le plus important de ce scrutin, et pourrait tout faire basculer dans un sens ou dans l’autre. Et si Donald Trump y compte cinq points de retard, il avait réussi à coiffer Hillary Clinton au poteau il y a quatre ans. Rien n’est joué.