Présidentielle américaine : La Russie et l’Iran accusés de volontairement semer le trouble dans la campagne

ELECTION Les deux pays auraient obtenu des données provenant des listes électorales américaines, contactant ensuite directement des électeurs

20 Minutes avec AFP
— 
Un homme enregistre son vote, dans le Wisconsin, le  20 octobre 2020.
Un homme enregistre son vote, dans le Wisconsin, le 20 octobre 2020. — KAMIL KRZACZYNSKI / AFP

Le directeur du renseignement américain a accusé mercredi soir la Russie et l’Iran d’avoir mis la main sur les données de certains électeurs américains et d’avoir entrepris des actions pour les influencer à l’approche de la présidentielle du 3 novembre.

L’Iran a ainsi envoyé des e-mails « visant à intimider les électeurs, à inciter aux troubles sociaux et à nuire au président Trump », a affirmé John Ratcliffe lors d’une conférence de presse annoncée à la dernière minute.


Des e-mails menaçants et personnalisés

Moscou et Téhéran « ont entrepris des actions spécifiques pour influencer l’opinion publique en lien avec notre élection (…) Nous avons pu confirmer que des informations sur les listes électorales avaient été obtenues par l’Iran et, séparément, par la Russie », a-t-il ajouté. « Ces données peuvent être utilisées par des acteurs étrangers pour tenter de donner de fausses informations à des électeurs inscrits sur les listes, dont ils espèrent qu’elles sèmeront la confusion et le chaos et saperont la confiance dans la démocratie américaine », a-t-il encore dit.

Cette annonce a été faite après que des électeurs démocrates ont indiqué avoir reçu des e-mails menaçants qui leur étaient personnellement adressés, au nom des « Proud Boys », un groupuscule d’extrême droite. Les messages leur intimaient l’ordre de voter pour Donald Trump. « Nous sommes en possession de toutes vos informations. Vous êtes actuellement enregistré comme démocrate et nous le savons parce que nous avons accès à l’infrastructure électorale tout entière », disait l’un de ces e-mails. « Vous allez voter Trump le jour de l’élection, ou vous aurez affaire à nous ».

John Ratcliffe et le directeur du FBI Christopher Wray, qui se tenait à ses côtés, n’ont pas expliqué comment la Russie et l’Iran avaient mis la main sur ces données, et n’ont pas précisé comment Moscou pourrait s’en être servi. Wray a tenu à assurer que le système électoral américain restait sûr et « résistant ». Selon les agences de renseignement américaines, la Russie a interféré dans l’élection américaine de 2016, au profit de Donald Trump, dont l’équipe de campagne a été accusée de collusion avec Moscou.