Etats-Unis : Des pierres gravées du Cameroun de plus de 2.200 ans ont été saisies

ARCHEOLOGIE Ces pierres auraient été taillées entre 200 et 1.000 ans avant Jésus Christ

20 Minutes avec agences
— 
La douane française (illustration)
La douane française (illustration) — JEROME MARS/JDD/SIPA

Les douanes américaines ont annoncé ce mardi avoir saisi à l’aéroport de Miami d’anciennes pierres sculptées en provenance du Cameroun, connues sous le nom de monolithes d’Ikom. Elles sont arrivées aux Etats-Unis en utilisant de faux documents.

Selon des experts, ces pierres ont été taillées entre 200 et 1.000 ans avant Jésus Christ, a déclaré dans un communiqué le service des douanes et de la protection des frontières des Etats-Unis (CBP). Les douanes n’ont pas indiqué combien de ces pierres, véritable trésor archéologique, avaient été saisies.

Ces pierres sont uniques au monde

Les autorités ont précisé qu’elles seraient « rapatriées » au Cameroun. Les monolithes d’Ikom proviennent d’une région proche de la ville du même nom, dans le sud du Nigeria, frontalier du Cameroun.

Selon l’Unesco, ces monolithes en pierre volcanique gravée comportent « une forme d’écriture et un système complexe d’informations codifiées » et « chaque pierre, comme une empreinte digitale, est unique ». Cette saisie est « le dernier exemple » des efforts réalisés afin de « mettre en œuvre les lois internationales sur le rapatriement des objets anciens », s’est félicité Robert Del Toro, responsable des douanes à l’aéroport international de Miami.