« This is America » (J-13) : Trump a peut-être un compte bancaire en Chine, Obama de retour et des mails de menaces

MAISON BLANCHE Devenez incollable sur la présidentielle américaine grâce à « 20 Minutes »

Florence Floux

— 

Donald Trump en campagne en Arizona.
Donald Trump en campagne en Arizona. — MANDEL NGAN / AFP

Demandez le programme ! Avec This is America, son rendez-vous quotidien d’actualité internationale, 20 Minutes vous briefe au mieux pour suivre au jour le jour  la campagne américaine. Ce mercredi, nous nous penchons sur Donald Trump et la Chine, Barack Obama qui file un coup de main et des électeurs menacés.

Un compte en banque secret ?

Pas de chance pour Donald Trump, qui se présente comme l’homme qui s’est opposé aux Chinois… Le New York Times a dévoilé mardi une enquête affirmant que le président américain a non seulement un compte en banque en Chine, mais qu’il y a tenté de faire des affaires personnelles pendant son mandat… C’est en passant au crible les déclarations d’impôts du milliardaire américain, que le journal aurait fait cette découverte. Si l’entreprise avait bien été déclarée, il semblerait que ce ne soit pas le cas du compte en banque.

Avant d’être élu à la tête de l’Etat, Donald Trump aurait ouvert une succursale en Chine et un compte en banque contrôlé par sa société Trump International Hotels Management. D’après l’avocat du groupe interrogé par le quotidien new-yorkais, cette société a « ouvert un compte auprès d’une banque chinoise, ayant des bureaux aux Etats-Unis, afin de payer ses impôts ». « Aucun accord, transaction ou autre activité commerciale ne s’est concrétisé et, depuis 2015, ce compte est resté inactif », a poursuivi le conseil.

Donald Trump attaque régulièrement Joe Biden à travers son fils. Hunter Biden, accusé de corruption par le président américain, siège actuellement au conseil d’administration d’une société chinoise. Poste qu’il a décidé de quitter au 31 octobre sous le poids de ces accusations et pour ne pas porter préjudice à la campagne de son père. Ces révélations peuvent-elles mettre à mal Donald Trump ?

Barack «is back»

Il s’était fait discret jusqu’ici. Ce mercredi marque l’apparition de Barack Obama dans la campagne démocrate, et pour cela, il a choisi un Etat clé : la Pennsylvanie, dont le vote avait cruellement manqué au parti de l’âne en 2016. Les démocrates espèrent ne pas reproduire une telle déconvenue cette année. Pour éviter de propager le coronavirus, cette rencontre avec les électeurs devrait avoir lieu à Philadephie, en mode drive-in : tout le monde reste dans sa voiture.

Pourquoi un soutien (en personne, car il a déjà apporté son soutien virtuel à plusieurs reprises) si tardif à Joe Biden ? Tout simplement pour ne pas faire d’ombre à son ancien vice-président. L’un des enjeux de la campagne du démocrate est de s’affirmer en tant que potentiel chef d’Etat, à la stature présidentielle, et plus comme le « deuxième homme ». Si Barack Obama avait fait campagne de façon intensive, il aurait pu faire de l’ombre au candidat… tout en jouant le rôle de chiffon rouge pour le camp Trump. Donald Trump ne rate jamais une occasion de s’en prendre à l’ancien président et son bilan.

Après la Pennsylvanie, l’ancien locataire de la Maison Blanche devrait parcourir d’autres Etats clés pour faire gagner celui qui est devenu au fil des années plus qu’un collaborateur puisque des liens d’amitié se sont développés entre les familles Obama et Biden au cours des deux mandats de l’ancien sénateur de l’Illinois. Barack Obama pourra-t-il renforcer l’avance de Joe Biden dans les sondages ?

De mystérieux mails de menaces

C’est une bien mystérieuse affaire dont se fait l’écho la presse américaine… Des mails de menaces auraient été envoyés à des électeurs démocrates de Pennsylvanie, Floride, Arizona et Alaska. Plusieurs personnes dans ces deux Etats ont indiqué avoir reçu des messages signés des Proud Boys (un groupe d’extrême droite pro-Trump) leur intimant de voter pour le président américain sortant : « Vous voterez pour Donald Trump lors de l’élection ou bien nous nous chargerons de vous », dit le mail.

Le porte-parole des Proud Boys a nié être à l’origine de ces messages. S’agit-il d’un piratage ? Le FBI enquête désormais sur cette histoire…