Coronavirus : La croissance chinoise rebondit à 4,9 % au 3e trimestre

REPRISE Au premier trimestre le PIB s’était effondré de 6,8 %

20 Minutes avec AFP

— 

Une usine en Chine dans la province de Guizhou, le 16 octobre 2020.
Une usine en Chine dans la province de Guizhou, le 16 octobre 2020. — Luo Dafu / Costfoto/Sipa USA/SIP

Alors que la crise économique, conséquence du coronavirus, secoue l’ensemble des pays du monde, les chiffres en provenance de Chine redonnent de l’espoir sur les perspectives d’un retour rapide à la normale. L’économie chinoise a en effet connu au troisième trimestre un rebond de 4,9 % sur un an, confirmant sa reprise après un effondrement historique du PIB en début d’année, selon des statistiques officielles publiées lundi.

« Une reprise soutenue »

Bien que sujet à caution, le chiffre officiel du PIB de la Chine est toujours scruté de près compte tenu du poids du pays dans l’économie mondiale. Ce rythme de croissance reste toutefois éloigné du niveau atteint en 2019 (+6,1 %), qui était déjà un plancher de trois décennies. Mais il est bien meilleur qu’au premier trimestre (-6,8 %) quand la Chine avait signé sa pire performance économique depuis la fin de l’ère maoïste, au moment où l’épidémie de Covid-19 paralysait le pays.

Le géant asiatique est parvenu depuis à pratiquement éradiquer l’épidémie. Et dès le deuxième trimestre, le pays a renoué avec la croissance (+3,2 %). Sur la période de juillet à septembre, l’économie chinoise a connu « une reprise soutenue » en dépit d’une conjoncture « difficile » tant en Chine qu’à l’étranger à cause de la pandémie de Covid-19, a indiqué le Bureau national des statistiques.

Embed

Le bon résultat des ventes de détail

De leur côté, les ventes de détail se sont inscrites en septembre en forte hausse sur un an (+3,3 %). Cet indicateur clé de la consommation a été en territoire positif pour la première fois de l’année en août (+0,5 % sur un an), après un plongeon pour cause d’épidémie. Certains secteurs restent cependant à la peine comme l’hôtellerie, la restauration et les loisirs. Dans le même temps, la production industrielle a réalisé sa meilleure performance depuis le début de l’année, avec une progression de 6,9 % sur un an. Il s’agit d’un résultat supérieur aux attentes des analystes interrogés par l’agence financière Bloomberg (+5,8 %).

Enfin, le taux de chômage, mesuré en Chine uniquement dans les zones urbaines, s’est établi en septembre à 5,4 % contre 5,6 % le mois précédent. Particulièrement surveillé par le pouvoir, ce chiffre exclut de son calcul les millions de travailleurs migrants, fragilisés par la pandémie. Le taux de chômage avait atteint en février le record absolu de 6,2 % de la population active urbaine.

Mais où la France va-t-elle trouver les milliards d’euros pour lutter contre la crise ?
Roberto Azevedo quitte la direction d’une OMC en crise