Entropa, une exposition au mauvais goût assumé pour faire tomber les barrières européennes

CULTURE Les oeuvres sont censées représenter chaque pays de l'UE et dénoncer les préjugés...

Julien Ménielle avec agence

— 

La France, représentée par le Groupe de recherche d'art audiovisuel, à l'exposition Entropa au Conseil européen de Bruxelles, le 12 janvier 2009.
La France, représentée par le Groupe de recherche d'art audiovisuel, à l'exposition Entropa au Conseil européen de Bruxelles, le 12 janvier 2009. — D. FAGET / AFP

«Je crains que les pays concernés n'apprécient pas le sens de l'humour tchèque»... C'est la réaction d'un fonctionnaire européen contemplant l'exposition Entropa à Bruxelles. Un artiste de chacun des 27 pays de l'Union européenne (UE) y symbolise sa propre nation à travers une œuvre originale. La France y est représentée «en grève», la Suède est un meuble en kit, la Bulgarie se transforme en toilettes à la turque géantes.

Un mauvais goût assumé, censé attirer l'attention sur les préjugés. En exergue du nom de l'exposition, cette phrase: «Les stéréotypes sont des barrières qu’il faut détruire», un rappel du slogan que s'est choisi la République tchèque pour sa présidence: «Une Europe sans barrières».

Un buzz made in UE

Traditionnellement, chaque présidence de l'UE installe à ses débuts une oeuvre d'art dans le hall du Conseil, où ont lieu les sommets européens et les conseils des ministres. «C'est la première fois qu'une installation d'une présidence de l'UE provoque le débat», s'est réjoui Jan Vytopil, responsable des événements culturels de la présidence tchèque.

Le vice-Premier ministre tchèque Alexandr Vondra a, lui, «confiance en l'ouverture d'esprit de l'Europe et en sa capacité à apprécier un tel projet». Mais si les Italiens ne trouveront peut-être rien à redire en voyant leur territoire se muer en vaste terrain de foot, pas si sûr que tout le monde soit satisfait du traitement qui lui est réservé.

Ainsi, le Luxembourg, au beau milieu duquel est planté un panneau «à vendre». Et l'Espagne, représentée sous la forme d'une plaque de béton, ou la Grande-Bretagne, tout simplement rayée de la carte de l'UE. Le sommet du bon goût est atteint avec les Pays-Bas, noyés sous les flots, dont n'émerge que le sommet de cinq minarets.

>> Les croquis des œuvres en pdf, c'est par ici