Affaire Navalny : L'Union Européenne prête à sanctionner Moscou

DIPLOMATIE L’Union Européenne est convaincue de l’empoisonnement d’Alexeï Navalny et compte bien sanctionner la Russie

J.-L.D. avec AFP
— 
Josep Borell, chef de la diplomatie de l'Union Européenne
Josep Borell, chef de la diplomatie de l'Union Européenne — Jean-Christophe Verhaegen/AP/SIPA

Les 27 ont décidé de punir. Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne se sont entendus ce lundi à Luxembourg pour sanctionner la Russie pour l’empoisonnement de l'opposant Alexeï Navalny. Un accord politique a été trouvé pour lancer le travail de finalisation sur la base des propositions de la France et de l’Allemagne. « L’idée est d’aller vite », a expliqué un diplomate.

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé qu’Alexeï Navalny a bien été empoisonné par un agent neurotoxique du groupe Novitchok, une substance conçue par des spécialistes soviétiques à des fins militaires.

Sanctions d’utilisation d’armes chimiques

La France et l’Allemagne ont proposé à leurs partenaires d’accepter d’inscrire plusieurs personnes et une entreprise russe où est fabriqué le Novitchok, dont l’utilisation est interdite, sur la liste européenne des sanctions créées pour l’utilisation d’armes chimiques.

Cette liste compte déjà huit noms et un centre de recherche en Syrie. Les sanctions européennes prévoient une interdiction de visa et le gel des avoirs dans l’UE, ainsi que l’interdiction de bénéficier de financements européens.