Coronavirus : Les salariés de Brussels Airlines invités à faire de l’intérim en attendant la fin de la crise

TRANSPORT AERIEN Les salariés de la compagnie aérienne pourront temporairement travailler dans des secteurs tels que les télécommunications, la logistique ou la vente au détail

20 Minutes avec agence

— 

Un avion de Brussels Airlines.
Un avion de Brussels Airlines. — Pixabay / hpgruesen

La crise sanitaire liée au coronavirus a complètement bouleversé le trafic aérien. L’activité des compagnies aériennes est donc fortement impactée. Celles-ci ne proposent que très peu de vols. Brussels Airlines, une filiale de Lufthansa, a décidé de s’adapter à cette situation exceptionnelle.

La compagnie belge a décidé de signer un partenariat avec Randstad, une société d’intérim, rapporte Air-Journal, relayé par Capital. Au 7 septembre, Brussels Airlines avait déjà dû annuler 36.000 vols. Une grande partie des salariés se sont donc retrouvés au chômage partiel et le resteront « plus longtemps, car la reprise du secteur n’est pas attendue de sitôt », indique la compagnie dans un communiqué.

Un emploi temporaire en attendant la reprise

L’objectif de ce partenariat est d’offrir aux employés « la possibilité de chercher un autre emploi temporaire jusqu’à ce qu’ils puissent reprendre leurs tâches », précise Brussels Airlines. Ils pourront donc travailler dans des secteurs variés tels que la vente au détail, les télécommunications, l’alimentation et la logistique. Par cette démarche, la compagnie aérienne entend contribuer à « diminuer l’impact de cette crise pour la société belge en diminuant la pression sur les caisses d’allocations de chômage ».

Au-delà de l’impact financier de cette crise, l’entreprise tâche également de pallier les risques psychosociaux de ses employés au chômage partiel. « Nous espérons que cela pourra contribuer à alléger le fardeau en attendant la relance de l’industrie du tourisme », conclut Bert Van Rompaey, responsable des ressources humaines chez Brussels Airlines.