Coronavirus: Le Danemark entame l'abattage de centaines de milliers de visons

FOURRURE Le Danemark est le premier exportateur mondial de peaux de visons

J.-L.D. avec AFP

— 

Des visons en cage, illustration
Des visons en cage, illustration — Sergei Grits/AP/SIPA

Un dommage collatéral imprévu du coronavirus : Le Danemark a entamé une campagne d’abattage de centaines de milliers de visons du fait de l’épidémie de Covid-19 dans de nombreux élevages, conséquence d’un plan d’indemnisation gouvernemental bouclé mercredi.

Premier exportateur mondial de peaux de visons destinées au marché de la fourrure, le royaume scandinave est confronté depuis juin à des cas de coronavirus dans de nombreux élevages, principalement dans le nord de la région du Jutland, la partie continentale du Danemark dans l’ouest du pays.

La police face aux éleveurs non-coopératifs

Au total, les visons de 150 élevages vont être abattus lors d’une opération qui va prendre plusieurs mois, a annoncé l’autorité vétérinaire danoise dans un communiqué. Soit au total plus d’un million et demi de bêtes à fourrure, selon les chiffres cités par la presse danoise.

Plusieurs abattages ont eu lieu ces jeudi et vendredi, dont l’un au moins a nécessité l’intervention de la police face au refus de l’éleveur de laisser entrer les autorités. D’autres abattages étaient en cours samedi, rapportent les médias locaux.

Pancarte de soutien et cas positifs

A Gjol (nord-ouest), une trentaine de personnes sont venues manifester leur soutien à un éleveur, avec des pancartes « Stop à l’abattage d’animaux sains », rapporte le journal Ekstra Bladet.

Des cas positifs ont déjà enregistrés dans près d’une soixantaine d’élevages, et des cas suspects dans une cinquantaine d’autres, selon l’autorité vétérinaire, Fodevarestyrelsen, qui mobilise 200 personnes pour la campagne.

17 millions de visons abattus en 2018

Tous les élevages avec des cas positifs de coronavirus seront euthanasiés, de même que ceux situés à moins de 7,8 kilomètres d’un élevage contaminé, selon le plan gouvernemental. Une indemnisation d’environ 175 couronnes danoises (un peu moins de 25 euros) est prévue pour chaque bête, que l’élevage soit contaminé ou non.

Dès juillet, l’autorité avait imposé aux éleveurs le port de protection pour éviter des contaminations de l’animal vers l’homme, avec des tests réguliers sur les animaux morts. Plusieurs cas suspects de transmission du vison à l’homme ont été enregistrés depuis le début de la pandémie, notamment aux Pays-Bas.

Avec plus de 17 millions de visons abattus en 2018, soit plus de la moitié de la production européenne et plus d’un quart de la production mondiale, le Danemark est le premier exportateur mondial et deuxième producteur de peaux de visons derrière la Chine (plus de 20 millions) et devant la Pologne (environ 5 millions), selon l’ONG de protection des animaux Humane Society, qui milite pour l’interdiction de ce secteur controversé.