La Russie met les gaz, l'Ukraine est servie mais bloque le transit vers l'UE

CRISE Kiev dénonce les «conditions de transit» imposées par le gazier russe...

MD avec agence

— 

EBS
Après six jours d'interruption de ses livraisons de gaz, le Kremlin a rouvert les vannes. Le problème, c'est que Kiev bloque le gaz destiné à l'Europe en raison des «conditions de transit inacceptables» imposées par Gazprom, selon le porte-parole de la société publique ukrainienne des hydrocarbures Naftogaz Valentin Zemlianski. Le Premier ministre russe Vladimir Poutine avait donné lundi soir le feu vert au géant gazier Gazprom, contrôlé par l'Etat russe, de reprendre les livraisons via l'Ukraine à l'Europe.

>> La crise gazière: les événements de lundi

Lors d'un entretien avec Vladimir Poutine, le patron de Gazprom, Alexeï Miller, a déclaré: «Nous allons commencer demain à 10 heures du matin heure de Moscou( 8 heures chez nous), à pomper du gaz», qui doit transiter par l'Ukraine pour les clients européens en vue de reprendre les livraisons, a-t-il dit. «D'accord, commencez le travail», lui a répondu le premier ministre russe selon des images retransmises par la télévision russe.

Le gaz atteint l'Ukraine

Les livraisons de gaz russe vers l'Europe, via l'Ukraine, coupées depuis mercredi, devraient donc reprendre mardi matin, avaient indiqué plus tôt dans la journée tant la présidence tchèque de l'Union européenne que Gazprom. «La partie russe nous a promis qu'elle rouvrirait les robinets, s'il n'y a pas d'obstacle, à 8 heures mardi», avait indiqué le ministre tchèque de l'Energie, Martin Riman, dont le pays préside l'UE. L'UE, la Russie et l'Ukraine semblent désormais d'accord sur les modalités de déploiement des observateurs internationaux censés veiller au bon acheminement des livraisons russes à travers l'Ukraine - comme le réclamait Moscou, qui accuse Kiev de lui «voler» du gaz destiné aux clients européens.


Une fois les vannes du gaz russe rouvertes, il pourrait y avoir un délai d'au moins trois jours selon Bruxelles pour qu'il arrive aux clients de l'UE. Si le gaz russe «a déjà atteint l'Ukraine», selon un porte-parole du géant gazier Gazprom, la présidence de l'UE reste prudente.

Le ministre tchèque de l'Energie Martin Riman, a indiqué a salué mardi la reprise des livraisons tout en soulignant qu'il fallait rester «aux aguets». «Peut-être que nous pouvons respirer, mais, comme je l'ai dit hier, il faut rester aux aguets parce que ce n'est pas gagné», a-t-il déclaré à la télévision tchèque. «On a réussi a débloquer le gaz vers l'Ukraine et l'Europe mais le différend à l'origine de la crise, c'est le différend russo-ukrainien sur la fourniture de gaz russe à l'Ukraine, qui n'est pas réglé», a-t-il ajouté, «si les Russes et les Ukrainiens campent sur leurs positions respectives, des risques pourront à nouveau peser un jour sur l'Europe», a-t-il dit.