Hong Kong : Un enseignant radié, accusé de donner des cours « pro-indépendance »

DÉMOCRATIE ? L’école où travaillait l’enseignant avait déjà été visée par un article l’accusant de promouvoir l’indépendance en 2019

20 Minutes avec agences
— 
Une manifestation à Hong Kong, le 1er juillet 2020.
Une manifestation à Hong Kong, le 1er juillet 2020. — Vincent Yu/AP/SIPA

Un enseignant accusé d’avoir promu l’indépendance dans ses cours a été radié à Hong Kong. C’est la première fois que le Bureau en charge de l’éducation retire une autorisation d’enseigner à cause du contenu des cours dispensés.

La mesure a été saluée ce mardi par la cheffe de l’exécutif de la cité-Etat. « Nous devons continuer à éliminer les moutons noirs du secteur éducatif », a déclaré à la presse Carrie Lam, la dirigeante de Hong Kong.

Des messages qui « salissent le pays »

Carrie Lam accuse cette « très petite fraction d’enseignants » d’utiliser leur fonction pour « promouvoir une mauvaise compréhension de la nation, salir le pays et le gouvernement de Hong Kong, sans aucun fondement ». Selon le Bureau de l’éducation, le professeur qui exerçait dans une école primaire a été radié pour avoir « délibérément diffusé des messages pro-indépendance ».

En 2019, un article publié par un journal pro-Pékin sur cette école primaire montrait des photos d’un questionnaire qui, selon le média, encourageait l’indépendance. Deux des questions posées étaient : « Qu’est-ce que la liberté d’expression ? » et « Que deviendrait Hong Kong sans la liberté d’expression ? ».

Pékin serre la vis sur les programmes éducatifs

Après des mois de manifestations énormes et parfois violentes, l’éducation est scrutée de près par l’administration hongkongaise. Beaucoup de jeunes ont pris part aux protestations, demandant une plus grande autonomie du territoire. Fin juin, le pouvoir central chinois a imposé une nouvelle loi interdisant les appels à l’indépendance et toute opinion politique « subversive ».

Des livres jugés comme contrevenant à la nouvelle loi ont été retirés des rayonnages des bibliothèques de la ville et des écoles. Pékin a aussi appelé à une éducation plus patriotique. Le gouvernement de Carrie Lam envisage de revoir des parties du programme scolaire, accusées d’être à l’origine du mécontentement envers la Chine.